Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Le sentiment que les policiers sont de la chair à canon" (Fabrice Galatioto, policier)

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les policiers ont désormais le droit de porter des masques. Le problème c'est qu'il n'y en a pas assez pour tout le monde, regrette le responsable syndical.

Fabrice Galatioto est le secrétaire départemental du syndicat UNITE SGP Police FO dans la Loire.
Fabrice Galatioto est le secrétaire départemental du syndicat UNITE SGP Police FO dans la Loire. © Radio France -

Parmi les professions qui doivent assurer leurs missions malgré le coronavirus, il y a les policiers. Jusque là, le port systématique du masque de protection leur était interdit. Ils ont menacé de faire jouer leur droit de retrait. Depuis vendredi soir, les fonctionnaires ont donc le droit de porter des masques avec discernement. Un soulagement. Le problème c'est qu'il n'y a pas assez pour le tout le monde. Et la priorité va au personnel de santé. 

Un manque de tout

Depuis le début de la crise sanitaire, les fonctionnaires manquent de moyens. Ce qui fait dire au secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police FO dans la Loire, que les policiers sont traités "comme de la chair à canon". "Depuis le début de la crise, on manque de masques, de gants, de gel hydroalcoolique. Si on n'avait pas le droit de porter de masques, c'est parce qu'il n'y en avait pas assez. Il nous était même interdit jusque là d'appliquer les fameux gestes barrière, pourtant valables pour tous."

"Il nous était même interdit d'appliquer les gestes barrière, pourtant valables pour tous."

Fabrice Galatioto espère un arrivage rapide de masques. Sinon les policiers feront jouer leur droit de retrait. Face au manque de moyens, l'organisation de la police devrait passer en mode dégradé la semaine prochaine, pour n'assurer que ses missions essentielles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess