Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Garde à vue prolongée pour le forcené du commissariat de Tulle

jeudi 30 novembre 2017 à 16:24 Par Nathalie Col, France Bleu Limousin

Les enquêteurs interrogent toujours l'homme qui s'est retranché durant près de cinq heures dans le commissariat de Tulle mercredi matin. Il avait bien des armes factices, ce qui a poussé le parquet à requalifier les faits en violences volontaires aggravées, au lieu de tentative d'assassinat.

Agnès Auboin, procureur de la république de Tulle et Jérémie Bosse-Platière, directeur adjoint du SRPJ de Tulle font le point sur l'enquête concernant le forcené du commissariat de Tulle
Agnès Auboin, procureur de la république de Tulle et Jérémie Bosse-Platière, directeur adjoint du SRPJ de Tulle font le point sur l'enquête concernant le forcené du commissariat de Tulle © Radio France - Nicolas Blanzat

Tulle, France

Le tulliste de 48 ans qui a fait irruption dans le commissariat de Tulle mercredi, portait bien des armes factices mais très bien imitées, donc très convaincantes selon la procureur de la République de Tulle. Il avait proféré des menaces de mort à l'encontre des quatre policiers présents. Dans un premier temps, l'enquête avait donc été ouverte pour tentative d'assassinat mais les faits sont finalement requalifiés en violences volontaires aggravées par trois circonstances. Concrètement, cela signifie que l'homme risque des poursuites devant un tribunal correctionnel, au lieu de la cour d'assises qui juge les faits les plus graves.

Une volonté suicidaire

La garde à vue de ce tulliste est prolongée jusqu'à vendredi matin, avant une probable mise en examen. Au fil de ses auditions se dessine le portrait d'un homme qui voulait surtout en finir. Il aurait agi par dépit amoureux, sa femme lui ayant annoncé la veille son intention de le quitter. Le forcené aurait également exprimé le regret de ne pas être mort lorsque les agents du RAID ont fait feu pour le neutraliser, le blessant légèrement aux jambes.