Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Garde à vue levée pour les deux gendarmes soupçonnés d'avoir abattu un éleveur en Saône-et-Loire

-
Par , France Bleu Bourgogne
Sailly, France

La garde à vue des deux gendarmes soupçonnés d'avoir abattu un éleveur à Sailly en Saône-et-Loire samedi a été levée lundi dans la soirée. Deux enquêtes se poursuivent en parallèle pour tenter de faire la lumière sur ce drame.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp -

Les deux gendarmes âgés de 28 et 39 ans qui sont soupçonnés d'avoir mortellement tiré sur un éleveur en cavale à Sailly en Saône-et-Loire samedi sont sortis de garde à vue ce lundi dans la soirée. Les enquêteurs poursuivent leur travail, pour tenter de comprendre ce qui s'est passé.

La première enquête porte sur les violences subies par les gendarmes les jours précédents le drame. Notamment sur le jour où les gendarmes sont venus avec les contrôleurs sanitaires sur l'exploitation de la victime, contrôle qui s'était mal passé et qui avait entraîné la cavale de l'éleveur. Et puis bien sûr, sur le jour du drame lui-même, où l'éleveur aurait fonçé en voiture sur les gendarmes qui lui ont tiré dessus.

Une deuxième enquête est menée en parallèle par l'Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN). Celle-ci doit déterminer quand, comment et pourquoi les deux gendarmes ont tiré ce samedi. Les deux hommes sont revenus sur les lieux du drame lundi dans le cadre de leur garde à vue pour une mise en situation. Ils ont décrit leurs positionnements pour déterminer les angles de tirs. Les enquêteurs vont maintenant devoir comparer leurs déclarations avec les impacts de balles sur le corps de la victime et sur la voiture. Les résultats ne seront connus que d'ici une semaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess