Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Le GCO, grand contournement ouest de Strasbourg

Grand contournement ouest de Strasbourg : la justice demande aux « zadistes » de quitter les lieux à Kolbsheim

mercredi 20 juin 2018 à 17:34 Par Luc Dreosto , France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Saisi en référé, le tribunal administratif de Strasbourg a demandé mercredi aux opposants au Grand contournement ouest de Strasbourg de "quitter immédiatement" la ZAD qu'ils occupent à Kolbsheim, pour empêcher les travaux de construction de cette autoroute.

Les opposants au GCO sont sommés par la justice de quitter la ZAD de Kolbsheim
Les opposants au GCO sont sommés par la justice de quitter la ZAD de Kolbsheim © Maxppp -

Kolbsheim, France

Le tribunal administratif de Strasbourg demande aux opposants au Grand contournement ouest de Strasbourg de quitter la parcelle qu'ils occupent à Kolbsheim. Dans son ordonnance, le tribunal administratif de Strasbourg "enjoint aux personnes occupant sans autorisation les parcelles acquises par la société Arcos pour le compte de l’Etat ou sur lesquelles elle bénéficie d’un titre d’occupation temporaire de quitter immédiatement les lieux et de procéder à l’enlèvement des biens meubles déposés et installations précaires édifiées".

Une dizaine de "zadistes"

En clair, les opposants au Grand contournement ouest de Strasbourg doivent quitter la ZAD (Zone à défendre) qu'ils occupent à Kolbsheim pour empêcher la construction de cette autoroute. Ils sont une dizaine sur place depuis près d'un an. La justice leur demande aussi de "détruire les barricades et d'enlever les meubles obstruant l’accès du Chemin du Moulin à Kolbsheim". 

Le tribunal administratif autorise le recours à la force publique si nécessaire pour évacuer la ZAD dans la limite d’un an. Mais  il a rejeté une demande de la société ARCOS, la filiale de Vinci qui construit le GCO. Elle réclamait une astreinte de 500 euros par heure contre toute personne qui s'opposerait aux travaux.

Les opposants au GCO rencontreront le ministre de la Transition écologique et solidaire la semaine prochaine à Paris.