Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

GCO : sabotage de deux machines du groupe Vinci sur le chantier de Vendenheim

samedi 29 octobre 2016 à 12:39 Par Olivia Cohen, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Deux engins appartenant à la société Arcos, filiale du groupe Vinci, ont été dégradés dans la nuit de jeudi à vendredi sur le chantier du Grand Contournement Ouest à Vendenheim. Ce projet d'autoroute fait polémique auprès des habitants, malgré tout les associations anti-GCO condamnent les faits.

Les associations anti-GCO se désolidarisent de ces nuisances.
Les associations anti-GCO se désolidarisent de ces nuisances. © Maxppp -

Vendenheim, France

Deux machines de la société Arcos, filiale du groupe Vinci, ont été sabotées dans la nuit de jeudi à vendredi sur le site du futur chantier du Grand Contournement Ouest de Strasbourg, au niveau de Vendenheim. Une plainte a été déposée par la société Fondasol, propriétaire des machines, auprès de la gendarmerie de Mundolsheim. Une enquête a été ouverte. Jean-Luc Fournier, responsable communication du projet chez Arcos, précise :

Il ne s'agit pas de vandalisme, les machines n'ont ni été taguées, ni brûlées, il s'agit de sabotage, dans le but de les rendre impropres à l'usage à l'aide de mousse polyuréthane versée dans le réservoir.

Ce projet d'autoroute, censé désengorger la circulation à Strasbourg, fait polémique auprès des habitants. Malgré tout, les associations anti-GCO condamnent les faits. André Engel, président des "Fédinois contre le GCO" joint par France Bleu Alsace, assure que le collectif se désolidarise de ces nuisances et affirme ne pas en connaître les auteurs. Même son de cloche pour Dany Karcher, maire de Kolbsheim, lui aussi joint par la rédaction :

Nous sommes des militants pacifistes, mais je peux comprendre que certains soient à bout et en arrivent à ce type d'extrémités, ça peut être un paysan, ça peut être n'importe qui.