Faits divers – Justice

Geaune : un an de prison pour avoir caressé une fillette de huit ans

Par Nelly Assenat, France Bleu Gascogne et France Bleu mardi 18 octobre 2016 à 16:52

Le jeune homme se rendait régulièrement sur des sites pornographiques
Le jeune homme se rendait régulièrement sur des sites pornographiques © Maxppp - Maxppp

Matthieu C., 23 ans, a été condamné ce mardi 18 octobre par le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan (Landes) à un an de prison ferme pour atteintes sexuelles sur une fillette de huit ans. C'est au cours d'une soirée chez les parents de l'enfant que les faits ont eu lieu le 30 septembre dernier.

Il est arrivé à l'audience menotté, encadré de policiers, le regard baissé et les mains légèrement tremblantes. Matthieu C. a seulement 23 ans et un casier judiciaire vierge. Ce mardi 18 octobre 2016 il comparaît pourtant devant le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan pour des atteintes sexuelles sur Clara*, une fillette de huit ans. Matthieu connaît particulièrement bien la famille : il est un ami du père de Clara depuis 12 ans.

Un ami proche du papa

C'est au cours d'une soirée entre amis que les faits se sont déroulés à Geaune le 30 septembre dernier. Alors que les adultes sont en bas et boivent plusieurs verres, Matthieu C. est le seul à monter trois fois à l'étage pour officiellement aller aux toilettes. C'est aussi en haut des escaliers que se trouve la chambre de Clara. Le prévenu expliquera à l'audience être entré une seule fois dans sa chambre "pour regarder une série que Clara avait mis sur son téléphone portable". Il y est resté un quart d'heure.

La fillette prostrée après les faits, le regard vide et les dents qui tremblaient a toujours raconté la même histoire aux enquêteurs puis aux experts médicaux : Matthieu a glissé sa main sous son short puis sa culotte, il l'a caressée plusieurs fois, sur le bout rose de son sexe, et il s'est léché les doigts devant elle juste après. Le prévenu reconnaît les caresses. Pour le reste "si elle le dit, c'est que c'est vrai, je vais pas dire que c'est une menteuse", dit-il à l'audience.

Des caresses qui abîment l'intimité de la fillette

Les experts médicaux rapportent un aspect rouge et irrité de l'intimité de la fillette. Des faits qui ont du mal à faire croire à la pulsion vite réfrénée. D'ailleurs, s'il arrête son geste c'est seulement parce que Clara, du haut de ses huit ans, le repousse après plusieurs minutes. Dans la salle on se demande ce qu'il aurait fait, si elle ne l'avait pas rejeté.

Vous pensez que c'est à une fillette de huit ans de repousser votre main ? —La présidente du tribunal

Les parents veulent se venger

Après les faits, il descend et quitte la soirée précipitamment "très stressé" rapporte les témoins. La petite fille parle immédiatement à ses parents qui lui ont appris les gestes interdits qu'un adulte ne devait pas avoir envers elle. Les proches de Clara courent dans la rue, rattrapent Matthieu, des coups sont échangés et une voiture cassée. Les parents seront d'ailleurs jugés en février prochain pour ces violences.

Avec beaucoup de finesse et d'empathie, la présidente du tribunal tente de faire avouer à Matthieu C. ses penchants pédophiles, lui le joli garçon qui n'a pas de petite copine et vit chez ses parents entre jeux vidéos et sites pornographiques. "Vous avez dit aux gendarmes que c'était pas sec, c'était humide. Ca veut dire quoi ?". "Vous connaissez la réponse", murmure le prévenu. L'expert psychiatre a reconnu des penchants pédophiles. Matthieu ne dira jamais qu'il est attiré par les très jeunes filles.

Il baisse les yeux quand on lui parle de Clara. "Je suis dégoûté, maintenant la petite aura du mal dans sa vie à cause de moi". Il est ému mais fermé. L'armure tremble mais ne fend pas.

C'est souvent que je bois et ça ne s'est pas produit avant—Matthieu C., jugé coupable d'atteintes sexuelles

Un an de prison et un suivi très strict

La procureur demande une peine très lourde de trois ans d'emprisonnement. Les juges le condamneront à un an ferme, une peine qu'il pourra effectuer avec un bracelet électronique. En revanche, il a interdiction d'entrer en contact avec Clara ou sa famille. Il doit verser 4000 euros de dommages et intérêts à la fillette et un euro symbolique aux parents. Il est obligé de se faire soigner et il est inscrit sur le fichier des délinquants sexuels.

*le prénom a été modifié

Partager sur :