Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gel des vignes : "près de deux milliards d'euros de perte pour la filière", les viticulteurs cherchent des solutions

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Les professionnels de la filière viticole se sont réunis ce vendredi à la Chambre d'agriculture de Gironde pour établir l'étendue des dégâts du gel sur l'agriculture et plus particulièrement sur le vignoble bordelais qui serait touché à plus de 50%. Les professionnels réfléchissent aux solutions.

Les viticulteurs de Gironde cherchent des solutions 8 jours après le dernier épisode de gel.
Les viticulteurs de Gironde cherchent des solutions 8 jours après le dernier épisode de gel. © Maxppp - MaxPPP

"C'est un coup de poignard" assène Bernard Artigue président de la Chambre d'agriculture de Gironde. Après une belle année 2016, les agriculteurs et plus particulièrement les viticulteurs bordelais ont été durement touchés par les deux nuits de gel des 21 et 27 avril. Les estimations ne sont pas définitives mais les professionnels craignent une récolte réduite de moitié pour 2017. Soit "près de 2 milliards d'euros de perte de chiffre d'affaires pour l'ensemble de la filière viticole" chiffre Hervé Grandeau, président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux (FGBV). L'heure est donc au bilan et aux solutions.

Près de 2 milliards d'euros de perte

Hier, à la Chambre d'agriculture de Gironde, les professionnels du secteur ont passé en revue les différents dispositifs mobilisables pour aider les viticulteurs à sortir la tête de l'eau. Aides fiscales, assurances contre le gel, chômage partiel pour la main d'oeuvre : "Toutes sont nécessaires mais toutes sont insuffisantes" juge Bernard Farges, président du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB). Car certaines entreprises n'ont pas les moyens de souscrire une assurance et tous les viticulteurs ne sont pas soumis à la même fiscalité. Pour Hervé Grandeau, "Il faudra faire appel à un volet social de la part du Département".

Demande d'aides départementales

Les négociations pour des aides départementales commencent à peine et le processus pourrait être long. "Il y a de bonnes intentions. Il faut faire attention et transformer ces bonnes intentions, mais on est quelques un à ne rien lâcher" prévient le président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess