Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Gérard Collomb lance la "grande concertation" sur la police de sécurité du quotidien

samedi 28 octobre 2017 à 14:09 Par Isabelle Lassalle, France Bleu

Depuis La Rochelle ce samedi, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a lancé la "grande concertation" sur la police de sécurité du quotidien (PSQ), une "police sur-mesure". C'est l'un des grands chantiers sécuritaires d'Emmanuel Macron.

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb.
Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb. © Maxppp -

Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, a lancé ce samedi, depuis La Rochelle, la "grande concertation" sur la police de sécurité du quotidien (PSQ), une "police sur-mesure". Les premières expérimentations devraient commencer en janvier 2018. C'est l'un des grands chantiers sécuritaires du président de la République Emmanuel Macron.

C'est "un projet de société", "son véritable but est de construire dans notre pays une société réconciliée, une société rassemblée, une société apaisée", Gérard Collomb

La consultation s'achèvera le 20 décembre et livrera sa conclusion dès rapidement, "dans les cinq jours". L'objectif étant que les premières expérimentations puissent commencer "dès janvier 2018". Une concertation à trois niveaux. Le premier niveau concerne les 250.000 policiers et gendarmes, le deuxième niveau s'organisera avec les acteurs locaux. Enfin, le troisième niveau sera national avec la consultation d'organisations syndicales, d'associations d'élus...

La PSQ sera une "police sur-mesure" avec la "déconcentration de certaines décisions" et une "association plus étroite des maires", Gérard Collomb.

Une police "plus connectée"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé une police "mieux équipée" et "plus connectée" avec 30.000 véhicules qui seront livrés d'ici cinq ans, 60.000 gilets pare-balles d'ici fin 2018 et 115.000 tablettes numériques. Il souhaite également une "police recentrée sur ses missions" avec une réforme de la procédure pénale. Gérard Collomb a rappelé que 10.000 postes de policiers et gendarmes seraient créés durant le quinquennat, dont 1.850 dès 2018.

Promesse de campagne du candidat Emmanuel Macron

Le projet de la PSQ avait été lancé après l'attaque au cocktail Molotov à Viry-Châtillon (Essonne) et "l'affaire Théo" (Aulnay-sous-Bois), quand les policiers étaient descendus dans la rue exprimer leur malaise et leur mécontentement.

Pour autant, le président Emmanuel Macron avait bien précisé, devant 500 policiers et gendarmes, que la PSQ ne serait pas "le retour de la police de proximité". Son rôle ne sera pas de "jouer au foot avec les jeunes", avait-il ajouté.