Faits divers – Justice

Germinal Peiro sur France Bleu Périgord : "J'assume les hausses d'impôts"

Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord vendredi 8 janvier 2016 à 8:25

Germinal Peiro, dans les studios de France Bleu Périgord
Germinal Peiro, dans les studios de France Bleu Périgord © Radio France - Antoine Balandra

Germinal Peiro était l'invité du matin de France Bleu Périgord ce vendredi. Le président socialiste du conseil départemental de la Dordogne est venu évoquer les orientations budgétaires 2016 marquées par une hausse de la taxe sur le foncier bâti de 4.5%

Germinal Peiro assume donc les hausses d'impôts qui vont être débattues ce vendredi lors des orientations budgétaires au conseil départemental. +4.5% sur la taxe sur le foncier bâti en 2016 et +4.5% en 2017. Objectif: dégager 12 millions d'euros supplémentaires, nécessaires mais pas suffisants pour financer les hausses du nombre de bénéficiaires du RSA ou de l'Aide aux personnes âgées... Ou encore indispensable selon la majorité pour faire face à la baisse des dotations de l'Etat.

Germinal Peiro assume donc : 

"J'assume totalement, depuis mon élection j'ai dit que je n'avais pas de sujets tabous"

"Je ne pense pas que l'on augmentera encore les impôts au-delà de 2017, mais je tente de bâtir un budget jusqu'en 2020 en préservant les orientations politiques pour lesquelles nous avons été élus" poursuit le président du conseil départemental.

►►► LIRE AUSSI | Les impôts vont augmenter de 4.5% en Dordogne

Pour Germinal Peiro, il faut aussi rééchelonner la dette et engager un plan drastique d'économies dans le département "avec comme mesure phare, la stabilisation de la masse salariale, c'est à dire non remplacement des départs en retraite".

Les dépenses sociales vers le RSA, les personnes handicapées et âgées, l'enfance pèsent de plus en plus dans le budget estime Germinal Peiro.

Germinal Peiro sur France Bleu Périgord

Enfin sur sa volonté de redistribuer l'argent de gros clubs de Dordogne vers de plus petits clubs "pour ne pas financer le mercato", il dit avoir étalé la baisse en concertation avec les présidents de l'USB Rugby ou encore du Trélissac Foot. "Le monde sportif comme tous les autres secteurs devront faire des efforts" dit le président du conseil.