Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gers : 19 chevaux maltraités sauvés par la SPA

Les équidés appartenaient à un particulier habitant dans le nord-ouest du Gers. Ils vivaient dans des conditions insalubres. Certains étaient blessés et d'une maigreur extrême. Les animaux ont été pris en charge par la Société Protectrice des Animaux.

Les chevaux se trouvaient dans un état de maigreur extrême
Les chevaux se trouvaient dans un état de maigreur extrême - SPA

Tout a commencé en avril dernier, par un signalement effectué auprès du refuge SPA de Saint-Pierre-du-Mont, dans les Landes. La Société Protectrice des Animaux a alors alerté les services vétérinaires de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) du Gers. Les services vétérinaires se sont rendus sur place, chez un particulier vivant dans le nord-ouest du Gers, afin de se rendre compte des conditions de vie des équidés. Ils ont constatés de nombreux manquements aux règles d'hygiène et de soins. Après avoir demandé à plusieurs reprises au propriétaire de remédier à ces manquements, et devant son absence de réaction, la décision a donc été prise de lui retirer les animaux, 7 étalons, 9 juments, 2 poulains et un âne. Le 16 juillet dernier, la SPA, accompagnée entre autres de la gendarmerie et de la police municipale, a donc été chargée de prendre en charge les équidés.

Pas d'eau ni de nourriture

C'est Stéphanie Girard, responsable adjointe du Grand Refuge (seul refuge SPA de France spécialisé dans les chevaux, il est situé dans l'Orne) qui a supervisé les opérations.  Sur place, elle s'est trouvée face à un spectacle désolant : "Certains chevaux se trouvaient dans des box complètement insalubres, avec énormément de fumier à l'intérieur, ils n'avaient pas été nettoyés depuis plusieurs mois. Les étalons se battaient entre eux, certains portaient des traces de morsures infectées, des abcès qui n'étaient pas soignés. Ils n'avaient _pas de nourriture, et l'eau était tellement souillée que l'on ne pouvait pas appeler ça de l'eau._"

Maigreur extrême

Conséquence de ces conditions de vie catastrophiques ? La plupart des animaux se trouvaient dans un état de maigreur extrême. "Pour vous donner une idée, on note l'état de santé des animaux de 1 à 5" explique Stéphanie Girard. "Sachant que 2,5 signifie un état normal, 5 un surpoids, et 1 une maigreur importante. Les vétérinaires ont estimé que ces équidés avaient entre 1 et 1,5. Certains étalons ont entre 50 et 75 kilos à reprendre pour retrouver un poids correct. C'est énorme."

Certains chevaux ont plus de 50 kilos à reprendre pour retrouver un poids normal
Certains chevaux ont plus de 50 kilos à reprendre pour retrouver un poids normal - SPA

Les 19 équidés ont été transportés au Grand refuge, dans l'Orne, seul refuge de la SPA qui accueille les chevaux, ainsi que dans d'autres structures. L'association se veut rassurante sur leur rétablissement. "On va tous pouvoir les soigner. Mais il faut y aller doucement, pour ne pas choquer leur organisme. On va les nourrir progressivement, pour qu'il reprenne du poids peu à peu. On va soigner leurs plaies, les requinquer. Et puis il faut aussi qu'ils réapprennent à faire confiance à l'Homme..."

Au total 7 étalons, 9 juments, 2 poulains et 1 âne ont été pris en charge par la SPA
Au total 7 étalons, 9 juments, 2 poulains et 1 âne ont été pris en charge par la SPA - SPA

Une plainte va être déposée

Quand aux suites à donner à cette affaire, la SPA va déposer plainte pour maltraitance et négligence. "Le propriétaire s'est probablement retrouvé dépassé par la situation, mais n'a pas voulu le reconnaître. C'est une personne d'un certain âge, qui n'était pas en capacité de subvenir à leurs besoins. Mais surtout, il a ignoré les recommandations des services vétérinaires, s'est fermé et n'a rien voulu savoir. Dans ces affaires, on essaye toujours de trouver des solutions, la saisie des animaux est toujours l'ultime solution mise en place."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess