Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Le tribunal de grande instance de Nancy souffre" alerte le procureur général

-
Par , , France Bleu Sud Lorraine
Nancy, France

Après la lettre envoyée des chefs de juridiction nancéiens, c'est au tour des avocats de Nancy d'interpeller la chancellerie. Au tribunal de grande instance de Nancy, 20% des effectifs manquent pour arrêt maladie et burn out. Le TGI de Nancy "souffre" reconnaît le procureur général.

Au Tribunal de grande instance de Nancy, il manque 20% des effectifs.
Au Tribunal de grande instance de Nancy, il manque 20% des effectifs. © Maxppp - Alexandre MARCHI

Ce n'est pas la première fois que des dysfonctionnements sont constatés au tribunal de grande instance de Nancy. Mais aujourd'hui la situation s'est aggravée. Un mois après les chefs de juridictions, les avocats du barreau de Nancy ont également écrit une lettre à la Chancellerie de Nancy pour dénoncer les dysfonctionnements.

Certains services ne peuvent plus apurer les stocks de dossiers. Les affaires urgentes deviennent des affaires comme les autres, raconte Frédéric Ferry, bâtonnier de l'ordre des avocats de Nancy :

Dans le cadre d'un litige qui devait aboutir à une expertise médicale, pour une personne qui était touchée par un cancer, on lui a repoussé son audience à neuf mois. Vous imaginez humainement ce que ça peut représenter, autant pour le magistrat qui donne la décision et qui ne peut pas faire autrement. Que pour l'avocat, qui a beau s'insurger : quand il n'y a pas les moyens, il n'y a pas les moyens."

Les dysfonctionnements du Tribunal de grande instance de Nancy. Reportage de Mohand Chibani.

LIRE AUSSI : La clochardisation de la justice : une réalité au TGI de Nancy

Frédéric Fèvre, procureur général, près la Cour d'appel de Nancy, était l'invité ce vendredi de France Bleu Lorraine :

Le tribunal de grande instance de Nancy est un tribunal qui souffre . Les magistrats souffrent, les greffiers souffrent, les fonctionnaires souffrent, les bâtiments souffrent, les avocats souffrent, les justiciables souffrent. Il est temps de faire quelque chose."

Frédéric Fèvre, procureur général près la Cour d'Appel de Nancy.
Frédéric Fèvre, procureur général près la Cour d'Appel de Nancy. © Maxppp - Pierre Delacroix

"Il devrait y avoir au tribunal de Nancy 176 personnes qui travaillent au quotidien, en réalité il n'y en a que 148 qui sont présents. 28 postes sont donc vacants et inoccupés. Certains ne sont pas pourvus pas la chancellerie. Pour ce qui est des autres postes : les gens tombent malades les uns après les autres, car ils ne supportent plus la charge de travail", poursuit Frédéric Fèvre.

"Le tribunal de grande instance de Nancy est un tribunal qui souffre". Frédéric Fèvre, l'invité de 8h10 sur France Bleu Lorraine.

Pour Frédéric Fèvre, il est donc temps que le Garde des sceaux prenne en compte cette situation, devenue ingérable. Les avocats du barreau réclament un plan Marshall pour le tribunal de grande instance de Nancy. "La justice en France mérite mieux que ce qu'on lui donne actuellement", conclut le procureur général de Nancy.

LIRE AUSSI : Pas de chauffage à la cité judiciaire de Nancy : les personnels grelottent

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu