Faits divers – Justice

Ghjiseppu-Maria Verdi incarcéré à Borgo

Par Hélène Battini et Patrick Rossi, France Bleu RCFM mercredi 19 octobre 2016 à 10:58 Mis à jour le jeudi 20 octobre 2016 à 9:23

.
. - .

Ghjiseppu-Maria Verdi, condamné par défaut à six ans de prison par la cour d'assises spéciale de Paris dans le cadre d'un attentat en 2012, contre la sous-préfecture de Corte, a accepté de se rendre sous conditions. Il a été incarcéré à la maison d'arrêt de Borgo.

Fin de cavale pour Ghjiseppu-Maria Verdi. Le jeune militant nationaliste , condamné par la cour d'assises spéciale de Paris à six ans de prison pour l'attentat contre la sopus-préfectuire de Corte, en Avril 2012, s'est finalement rendu mercredi 19 octobre, après trois années de cavale. Après s'être présenté au palais de justice de Bastia, Ghjiseppu-Maria Verdi a été entendu par le parquet, puis a été conduit à la maison d'arrêt de Borgu afin d'y purger sa peine.

Selon son entourage, il a décidé de se rendre dans la matinée, considérant raisonnables les termes proposés par la justice pour sa reddition. Le parquet a indiqué, de son côté, qu'il ne serait pas poursuivi pour ces trois années de fuite. Ce qui paraissait bien sûr naturel à son avocat, Me Marc-Antoine Luca.

Me Marc-Antoine Luca, avocat de Ghjiseppu-Maria Verdi

Le placement en détention de Ghjiseppu-Maria Verdi s'est déroulé sans incident. Il est arrivé par ses propres moyens au palais de justice. Il a été brièvement entendu par le parquet. Le procureur de la République de Bastia lui a notifié son mandat d'arrêt afin qu'il puisse être transféré à la prison de Borgo.

Durant quatre heures, le matin, le jeune militant indépendantiste, s'est retranché dans le Palazzu Naziunale de Corte, annonçant qu'il entamait une grève de la faim. A l'extérieur du bâtiment de l'université de Corse, au moins 200 personnes, des étudiants principalement, s'étaient rassemblées pour le soutenir. C'est là que Paul-Marie Romani, le président de l'Université de Corse en personne, a rejoint Ghjiseppu-Maria Verdi pour s'entretenir avec lui et jouer les entremetteurs avec l'autorité judiciaire.

Paul-Marie Romani, le président de l'université de Corse

Ghjiseppu-Maria Verdi, 22 ans, petit-fils de l'ancien dirigeant nationaliste, Charles Pieri, était en fuite depuis trois ans et sous le coup d'un mandat d'arrêt depuis 2013.

Partager sur :