Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gières : un incendie volontaire détruit un bâtiment de l'école d'ingénieurs Grenoble INP

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Un incendie volontaire a ravagé un bâtiment de l'école d'ingénieurs Grenoble INP dans la nuit de samedi à dimanche à Gières. Une porte a été fracturée et une enquête a été ouverte par le parquet de Grenoble. Le parquet national antiterroriste a aussi été contacté pour analyser la situation.

En milieu de journée, les pompiers et la police judiciaire étaient encore sur place. Le directeur du laboratoire a aussi fait un état des lieux à l'intérieur.
En milieu de journée, les pompiers et la police judiciaire étaient encore sur place. Le directeur du laboratoire a aussi fait un état des lieux à l'intérieur. © Radio France - Bastien Thomas

Dans la nuit de samedi à dimanche, entre 3h et 4h du matin, un incendie s'est déclaré dans le bâtiment "Eiffel" de l'université Grenoble Alpes, situé rue de la piscine à Gières (Isère). 

Un feu qui semble être d'origine criminelle puisque le parquet de Grenoble indique qu'une porte aurait été fracturée et que plusieurs départs de flammes ont été constatés. Le feu s'est déclenché dans des salles de classe ainsi qu'un laboratoire associant l'université Grenoble Alpes, le CNRS et l'école d'ingénieurs de Grenoble (INPG), propriétaire des lieux, où l'on travaillait notamment sur la mécanique des matériaux.

C'est cette porte, à l'arrière du bâtiment, qui aurait été forcée. - Radio France
C'est cette porte, à l'arrière du bâtiment, qui aurait été forcée. © Radio France - Bastien Thomas

"Ce n'est pas beau à voir à l'intérieur. Entre 10 et 15 ans de travail viennent de partir en fumée." - Robert Peyroux, directeur du laboratoire installé dans le bâtiment "Eiffel" à Gières.

Quelques-uns des 120 salariés qui travaillent dans ce bâtiment sont venus voir l'ampleur des dégâts. Sous le choc, ils n'ont pas souhaité s'exprimer, mais, le directeur du laboratoire, Robert Peyroux, parle de dégâts importants. "On va mener des investigations pour voir le matériel qui est mort et ce qu'on peut récupérer."

L'ensemble du personnel pourra continuer de travailler dans le bâtiment situé en face du laboratoire sinistré. La principale crainte, comme indiqué par Robert Peyroux, concerne l'état du matériel. L'Université Grenoble Alpes a apporté son soutien à l'INPG dans l'après-midi via un communiqué sur Twitter.

Une enquête ouverte

Les faits n'ont pas encore été revendiqués et une enquête a été ouverte pour comprendre ce qu'il s'est passé. Le parquet de Grenoble a également informé le parquet national antiterroriste pour analyser la situation et se saisir des faits s'il le juge nécessaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu