Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Emmanuel Macron giflé lors d'un déplacement dans la Drôme

Gifle à Emmanuel Macron : l'agresseur fait appel

L'auteur de la gifle au président de la République le 8 juin dernier devant le lycée hôtelier de Tain-l'Hermitage (Drôme) a fait appel d'une partie de sa condamnation ce lundi. Il sera rejugé dans les prochaines semaines par la Cour d'appel de Grenoble.

Capture d'écran d'après la vidéo twitter @AlexpLille
Capture d'écran d'après la vidéo twitter @AlexpLille © Maxppp - Alexandre Marchi

Damien Tarel sera donc rejugé pour avoir giflé le chef de l'Etat le 8 juin dernier lors de la visite présidentielle dans la Drôme. Le Drômois a fait appel ce lundi 21 juin au dernier jour du délai légal d'appel. Le jeune gifleur, de 28 ans, habitant de saint Vallier, avait été jugé en comparution immédiate à Valence dès le jeudi 10 juin. Il a été condamné à 18 mois de prison dont 4 mois ferme et 14 mois avec sursis pendant deux ans. Mais ce n'est pas sur cette peine de prison qu'il fait appel. 

Le gifleur conteste les interdictions qui lui sont imposées

Il ne demande à la justice de revoir que les trois interdictions qui assortissent cette sanction, à savoir l'interdiction définitive d'exercer des fonctions publiques, l'interdiction de détenir une arme pendant cinq ans et l'interdiction des droits civiques civils et familiaux pour trois ans. Le parquet de la Drôme a donc fait un appel incident sur les mêmes éléments. Le gifleur d'Emmanuel Macron sera donc rejugé dans les semaines à venir à Grenoble devant la Cour d'appel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess