Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Gilet jaune blessé par un tir de LBD à Bordeaux : de nouveaux éléments

-
Par , France Bleu Gironde

Le journal Le Monde a publié une reconstitution de la manifestation du 12 janvier des gilets jaunes à Bordeaux qui s'était soldée par la blessure à la tête d'Olivier Béziade pompier volontaire de Bazas, atteint par un tir de LBD. Elle montre qu'il n'était pas une menace. L'enquête IGPN se poursuit.

Olivier Béziade avait été blessé lors de la manifestation des gilets jaunes du 12 janvier à Bordeaux
Olivier Béziade avait été blessé lors de la manifestation des gilets jaunes du 12 janvier à Bordeaux © Maxppp -

Bordeaux, France

La reconstitution du journal Le Monde semble accréditer la thèse d'Olivier Béziade ce pompier volontaire de Bazas âgé de 47 ans : il n'était pas menaçant quand il a été visé par un tir de LBD le 12 janvier dernier lors de la manifestation des gilets jaunes à Bordeaux. 

Pas une menace

Cette reconstitution explique Le Monde, a été réalisée avec des dizaines de témoignages et des vidéos prises sous plusieurs angles. Elles montrent qu'Olivier Béziade, est le dernier à se replier en haut de la rue Ste Catherine, après sommations. Il est alors dos aux forces de l'ordre et "ne présente pas une menace" quand il est ciblé par ce tir de LBD (dans la tête, ce qui est contraire aux instructions) mais aussi par une grenade de désencerclement, "jetée en l'air alors que ce doit être fait au sol".

Autre élément mis en avant par la vidéo-reconstitution du journal le Monde : les policiers n'ont pas appelé les secours avant de quitter les lieux. 

"Je ne suis pas un menteur"

"Quand je vous dis que je ne suis pas un menteur", a commenté Olivier Béziade entendu à nouveau il y a 3 mois, dans le cadre de l'enquête de l'IGPN ouverte le 14 janvier, et toujours pas conclue. Selon lui, deux nouvelles vidéos ont justement été récemment portées à la connaissance du procureur de la République de Bordeaux et elles montrent également qu'il n'était pas menaçant.

Olivier Béziade, pompier volontaire de Bazas, avait été blessé à la tête le samedi 12 janvier 2019 lors d'une manifestation de gilets jaunes à Bordeaux. Opéré en raison d'une hémorragie cérébrale, il avait été placé en coma artificiel. Le lundi suivant, le préfet saisissait l'IGPN. Une enquête pénale était ouverte "à la suite de la diffusion sur Internet et certains réseaux sociaux d'une vidéo". Le jeudi 17 janvier, l'épouse du pompier volontaire annonçait qu'il était sorti du coma. Le même jour, le défenseur des droits Jacques Toubon demandait la suspension de l'utilisation des Lanceurs de Balles de Défense (LBD)

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu