Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gilet jaune de Caussade : la grosse colère du préfet du Tarn-et-Garonne

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Pierre Besnard n'a pas apprécié de voir un gilet jaune de Caussade s'en prendre aux policiers en affichant une banderole douteuse sur sa voiture. Sur France Bleu ce mardi, il dénonce les propos "dégueulasses" de l'individu qui en sortant de garde à vue, avait évoqué une "boutade".

Pierre Besnard, préfet du Tarn-et-Garonne
Pierre Besnard, préfet du Tarn-et-Garonne © Maxppp -

Le gilet jaune de Caussade (Tarn-et-Garonne) qui avait affiché sur sa voiture une affiche "flic suicidé, à moitié pardonné" assume son acte. Il devra répondre devant la justice le 12 juillet prochain mais André Roth s'en est même déjà expliqué en sortant de sa garde à vue ce mardi midi devant les micros et caméras "C'est surtout pour provoquer. Soit on détruit, soit on provoque..." Et le gilet jaune de relativiser ses mots, il n'a pas appelé au meurtre selon lui : "Déconnez-pas, "appel au meurtre", j'ai jamais appelé à tuer personne. "Suicidez-vous", c'est pas du tout mon propos...C'est une boutade, on va appeler ça comme ça"...

André Roth, le gilet jaune de Caussade

Pour le préfet, la limite a été largement dépassée

Le préfet du Tarn-et-Garonne s'est d'abord exprimé dans un communiqué ce mardi après-midi en appelant à "une condamnation à la hauteur de l'ignominie des propos". Et dans le journal de 18 heures de France Bleu Occitanie, il réagit aux propos du gilet jaune : "Ce n'est à mon avis ni un slogan, ni une boutade, c'est un délit. Ce sont des propos que moi je qualifie de dégueulasses (...) Le problème, c'est le sens des mots qui est complètement galvaudé et qui devient insupportable. Il fallait réagir". Dans un climat général de défiance vis-à-vis des forces de l'ordre et de remise en cause de leurs méthodes sur les manifestations de gilets jaunes, cette affaire fait beaucoup de bruit, sans doute trop pour le préfet : "Ce n'est pas de la défiance, renchérit Pierre Besnard, excusez moi le terme mais c'est de la bêtise (...) il faut savoir sonner la fin de la récré. Moi j'ai déjà eu des quenelles devant la préfecture, maintenant on s'en prend aux forces de l'ordre (...) On le voit dans les dernières manifestations où il y a des blacks-blocs, on voit bien que la violence est de plus en plus forte tant au niveau verbal que physique. On ne peut pas ne pas réagir. Force doit rester à la loi".

Le préfet du Tarn-et-Garonne, Pierre Besnard, évoque des propos "dégueulasses" et la "bêtise" du gilet jaune

La camionnette du gilet jaune dans les rues de Caussade - Maxppp
La camionnette du gilet jaune dans les rues de Caussade © Maxppp -

L'homme avait été interpellé lundi. Des passants indignés avaient alerté les forces de l’ordre. Les gendarmes avaient rapidement identifié le propriétaire du véhicule qui avait été placé en garde à vue à Caussade.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu