Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilet jaune matraqué à Besançon : le manifestant dépose plainte

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Le jeune manifestant frappé par un policier samedi à Besançon, lors de la manifestation des gilets jaunes, a déposé plainte ce mardi auprès de la gendarmerie. Il dément avoir voulu obstruer le travail des policiers comme le prétend le préfet.

Le gilet jaune matraqué samedi 30 mars à Besançon a déposé plainte
Le gilet jaune matraqué samedi 30 mars à Besançon a déposé plainte © Maxppp - Arnaud Castagné

Besançon, France

Le gilet jaune matraqué par un policier en fin de manifestation samedi 30 mars à Besançon a déposé plainte ce mardi à Roulans. Le jeune homme a reçu un coup de matraque à la tête et a été blessé à l'arcade sourcilière. 

Le manifestant a pris une avocate, Me Valérie Giacomoni, du barreau de Besançon. Cette dernière a reçu la mère de son client ce mardi matin et affirme que son client a déposé plainte auprès de la gendarmerie ce même jour. Ce que confirme le procureur de la république de Besançon, Etienne Manteaux.

Le gilet jaune sera examiné par la médecine légale

Selon le procureur, le manifestant doit désormais être examiné par la médecine légale pour chiffrer son incapacité totale de travail.  "J'attends le retour de l'institut de médecine légale, précise Etienne Manteaux. Et je procéderai à la clôture de la procédure engagée en gendarmerie, pour saisir le service qui sera chargé de traiter la suite de cette enquête judiciaire".

Dans une lettre ouverte au préfet du Doubs, les syndicats CGT, FO, Solidaires et FSU ont également dénoncé les violences policières. "Une nouvelle fois des violences policières inacceptables ont été commises sur un gilet jaune matraqué au visage comme l’atteste une vidéo de presse et contrairement à vos déclarations dans les médias" ont-ils écrit au préfet.

LIRE AUSSI : La mère du gilet jaune matraqué à Besançon témoigne : "Mon fils est pacifique"