Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : 22 des 24 radars de la Manche entravés ou dégradés depuis le début du mouvement

vendredi 30 novembre 2018 à 18:26 Par Marc Bertrand, France Bleu Cotentin

Le préfet de la Manche a fait le point après deux semaines de mouvement très suivi des gilets jaunes dans la Manche ce vendredi 30 novembre. Les forces de l'ordre fonctionnent à flux tendu et la situation inquiète la préfecture.

Un radar entravé par les gilets jaunes (illustration)
Un radar entravé par les gilets jaunes (illustration) © Radio France - Sébastien Berriot

Manche, France

"Entre un tiers et la moitié des gendarmes ne s'occupent que des gilets jaunes, et deux tiers des forces de police du département", s'alarme le préfet de la Manche Jean-Marc Sabathé ce jeudi 30 novembre. Selon lui, le mouvement a "baissé en effectifs, mais désormais il ne faiblit plus, avec 300 à 400 manifestants très déterminés"

Les gendarmes et policiers ne sont plus assez là pour faire de la sécurité routière, et la situation s'aggrave avec davantage d'accidents, notamment parce que les radars sont entravés ou dégradés et que certains en profitent" 

Selon le préfet de la Manche, 22 des 24 radars routiers de la Manche ont été "entravés, c'est-à-dire des gens qui se sont placés devant ou ont mis un gilet jaune sur la caméra", et onze ont été "dégradés", c'est-à-dire abîmés. 

Les forces de l'ordre "fatiguées"

Selon le préfet de la Manche, il y a un effet direct sur les chiffres de l'accidentalité routière : "Je constate qu'au 1er novembre, on avait moins de blessés, moins de tués que l'année dernière, et qu'au 1er décembre on a plus de morts, plus de blessés que l'année dernière, donc la situation sur les routes s'est aggravée"

Cela va trop loin en intensité, et ça dure depuis trop longtemps. Il faut savoir arrêter le mouvement"

150 gendarmes sont mobilisés sur le suivi des gilets jaunes, sur les 350 gendarmes de la Manche. "La fatigue commence également à se faire sentir parmi les forces de l'ordre", regrette le préfet.