Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets Jaunes : quatre mois d'emprisonnement avec sursis pour des messages provocants sur Facebook

-
Par , France Bleu Loire Océan

Sur la page Facebook des Gilets Jaunes de Loire Atlantique, il avait appelé à la violence contre les forces de l'ordre et suggéré via un montage-photo d'écarteler la Ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Un quinquagénaire a été condamné ce mardi à quatre mois d'emprisonnement avec sursis.

La procureure avait requis 4 mois de prison ferme
La procureure avait requis 4 mois de prison ferme © Radio France - Anne Patinec

C'est de son canapé, derrière son écran d'ordinateur dans son domicile de la Turballe, que fin décembre, le quinquagénaire, ancien adepte du tir sportif, incite à s'armer de pioches, de matraques contre les forces de l'ordre car c'est la guerre civile; incitations qu'il multiplie dans des messages publiés sur la page Facebook des Gilets Jaunes de Loire Atlantique. Invalide, l'homme ne participe à aucune manifestation mais il diffuse par exemple la photo d'un chasseur avec en main un fusil énorme en ajoutant le commentaire : "Voici l'arme anti-CRS par excellence". 

"C'est le contexte qui m'a énervé"

Il publie aussi un photo-montage où l'on voit à côté de la ministre du Travail Muriel Pénicaud  la place de Grève à Paris où des gens se faisaient écarteler.

"C'était de l'humour, tente d'expliquer le prévenu très mal à l'aise. Ce que j'ai écrit est complètement con; c'est le contexte qui m'a énervé". "Oui mais ce sont des messages dangereux, vous attisez la violence", lui répond la procureure Michèle Pierson qui insiste sur "l'impact que peuvent avoir de tels propos".

La magistrate rappelle que le prévenu a déjà été condamné pour provocation à la discrimination raciale sur internet. Elle requiert quatre mois d'emprisonnement ferme. L'avocate de la défense tente de minimiser, estimant que ces écrits sont noyés dans la masse et restent du domaine du virtuel. Le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire a condamné le prévenu à quatre mois d'emprisonnement avec sursis. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess