Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes à Rennes : "Certains viennent pour casser, blesser, voire tuer" estime la préfète de Bretagne

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

"Le seul but de certains manifestants est de venir casser, ou affronter les forces de l'ordre" déplore la préfète de Bretagne après un nouveau samedi de tension à Rennes. Michèle Kirry estime que le "mouvement des gilets jaunes, dans sa forme actuelle, a assez duré".

Michèle Kirry, la préfète de Bretagne
Michèle Kirry, la préfète de Bretagne © Radio France - Céline Guétaz

Après de nouveaux heurts lors de la manifestation des gilets jaunes à Rennes samedi dernier, la préfète de Bretagne dénonce "un déchaînement de violence avec des individus porteurs d'armes, des primo délinquants, des jeunes de la mouvance de l’ultragauche, des manifestants qui cherchaient le corps-à-corps avec les policiers. Leur seul but était de détruire, blesser, voire tuer" affirme la préfète de Bretagne. Michèle Kirry évoque aussi des jets de projectiles, d’acide, de bouteilles d’eau de Javel. 

Elle estime que "ce mouvement dans sa forme actuelle de violence a assez duré. Il y a une vraie lassitude légitime des habitants et des commerçants et je reste déterminée à interdire les dégradations, pour rétablir la sérénité à Rennes. _Nous n'abandonnerons pas le terrain à des casseurs, qui ne sont là que pour nier les règles du vivre ensemble."_affirme la préfète.

Pas d'interlocuteur pour organiser ces manifestations

"Nous n'avons aucun interlocuteur lors de ces manifestations." Difficile dans ce cas d'encadrer ces défilés sans pouvoir les préparer en amont. Sur le terrain, les policiers ont tenté d'entrer en contact avec des personnes pouvant être des organisateurs, mais "sans résultats".

La préfète rappelle qu'elle prend et prendra des arrêtés d'interdiction de manifester. A chaque manifestation, "il y a une violation systématique de ces interdictions de manifester. C'est du mépris total pour le respect des règles" déplore Michèle Kirry. 

Des forces de l'ordre lasses mais exemplaires

Lors de la manifestation inter-régionale, la préfecture avait obtenu des renforts. Aujourd'hui, la préfète reconnait que ces forces de l'ordre sont "lasses, fatiguées et parfois sérieusement blessées". On compte 1.300 blessés au niveau national, "nous en avons aussi en Bretagne. Les forces de l'ordre font preuve d'un professionnalisme exemplaire", ajoute la préfète. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess