Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes à Rennes : des affrontements avec les forces de l'ordre

samedi 1 décembre 2018 à 9:40 Par Céline Guétaz, France Bleu Armorique et France Bleu

A Rennes, il y a eu des affrontements avec les forces de l'ordre lors de la manifestation des lapins jaunes devant le centre de traitement des amendes, ce vendredi soir. Un manifestant a été blessé au visage.

Les lapins jaunes face aux forces de l'ordre devant le centre de traitement des amendes à Rennes
Les lapins jaunes face aux forces de l'ordre devant le centre de traitement des amendes à Rennes © Radio France - Maxime Bossonney

Rennes, France

Ce groupe de gilets jaunes, baptisé les lapins jaunes s'est rassemblé, devant le Roazhon Park, avant de rejoindre le site très sécurisé du centre de traitement automatique des infractions routières, vers 20h30.  Les forces de l'ordre étaient présentes à l'arrivée des manifestants. Après, un jeu du chat et de la souris, les manifestants ont tenté de passer en force. Les policiers ont utilisé des gaz lacrymogènes. Des manifestants s'en sont pris également aux forces de l'ordre. Un homme le visage ensanglanté, a été mis à l'écart. Il s'est pris un coup de matraque sur la tête. "On vient juste manifester de façon pacifiste, on n'a pas le droit ?" hurle un manifestant. Laurence manifeste pour la première fois, elle n'aurait jamais imaginé une telle scène, mais elle comprend la colère. "C'est le ras-le-bol général, les gens veulent qu'on les écoute " Après une vingtaine de minutes, la tension est retombée, le blessé a été pris en charge par les secours.