Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : cinq gardes à vue prolongées après les violences de samedi à Amiens

dimanche 23 décembre 2018 à 14:56 Par Clémence Gourdon Negrini, France Bleu Picardie

Sur les 26 personnes interpellées ce samedi à Amiens, cinq voient leur garde à vue prolongée ce dimanche. Elles pourraient être poursuivies pour violences aggravées et dégradations notamment. Tous les autres manifestants ont été libérés ou sont sur le point de l'être, précise le procureur.

Rassemblement devant le commissariat d'Amiens ce dimanche pour réclamer la libération des manifestants interpellés
Rassemblement devant le commissariat d'Amiens ce dimanche pour réclamer la libération des manifestants interpellés © Radio France - CGN

Après les violences et dégradations ce samedi à Amiens pendant l'une des manifestations de gilets jaunes en centre-ville, cinq personnes voient leur garde à vue prolongée. Les autres ont été ou vont être libérées ce dimanche, précise le procureur.

Poursuites envisagées

Les cinq personnes concernées par la prolongation de leur garde à vue ont entre 17 et 25 ans, détaille le procureur de la République d'Amiens cet après-midi. Leur audition pourrait être prolongée jusqu'à ce lundi, et ces personnes pourraient être poursuivies pour violences aggravées, dégradations, et participation à un attroupement. Elles risqueraient alors jusqu'à trois ans de prison. Parmi les manifestants interpellés, deux seulement avaient des gilets jaunes, "les trois autres [se sont] _greffés par opportunisme_", précise Alexandre de Bosschère, le procureur de la république d'Amiens.

Les quatre majeurs devraient passer en comparution immédiate ce lundi, sauf si ils demandent un délai pour préparer leur défense. La cinquième personne, un mineur de 17 ans, sera présentée à un juge des enfants ultérieurement. Aucun d'entre eux n'est connu de la justice pour des violences au cours de manifestation. 

Seul l'un d'entre eux a été interpellé dès la fin de matinée à Glisy, où des tensions ont eu lieu entre manifestants et forces de l'ordre sur les ronds-points. Tous les autres faisaient partie, d'après le procureur, du rassemblement non déclaré parti de la Hotoie samedi après-midi.

Sorties au compte-goutte

Les 21 autres personnes interpellées ont été ou vont être libérées au compte-goutte. Trois dès ce samedi soir, puis une dizaine environ depuis la fin de matinée ce dimanche. A 11 heures, une soixantaine de personnes les attendaient devant le commissariat d'Amiens, rue du Marché de Lanselles. Le procureur de la république d'Amiens précise par ailleurs que les 18 personnes qui sortent de garde à vue ce dimanche y ont majoritairement été placées pour attroupement. Elles seront de nouveau convoquées ou obtiendront leur réponse pénale dans les semaines ou mois à venir.

Parmi les manifestants interpellés samedi à Amiens, un jeune homme de 25 ans compte porter plainte contre la police. Il dit avoir "des hématomes au visage, aux côtes et à l'épaule", notamment, suite à des coups "portés par certains policiers pendant l'interpellation". Parmi les interpellés également, Cédric Maisse, ex-conseiller municipal communiste d'Amiens. Il est sorti de garde à vue peu après 13 heures ce dimanche, regrettant les conditions de cette détention, "à dix les uns sur les autres dans une cellule"