Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Gilets Jaunes : Cinq mois de prison avec sursis requis contre Daniel Gargaud

-
Par , France Bleu Creuse

Daniel Gargaud, figure des Gilets Jaunes creusois, comparaissait ce mercredi 29 mai devant le tribunal correctionnel de Guéret pour des faits d’outrages, de menaces et de violence en marge de manifestations. Le Procureur a requis 5 mois de prison avec sursis. Le jugement sera rendu le 26 juin.

Daniel Gargaud (2e en partant de la droite sur la photo) soutenu par des Gilets Jaunes devant le tribunal
Daniel Gargaud (2e en partant de la droite sur la photo) soutenu par des Gilets Jaunes devant le tribunal © Radio France - Clément Conte

Guéret, France

Daniel Gargaud comparaît libre à la barre du tribunal correctionnel de Guéret ce mercredi. Cette figure des Gilets Jaunes dans le département, membre de la Fédération des motards en colère est poursuivi pour deux faits d’outrages, menace de crime ou délit à l'encontre d'un dépositaire de l'autorité publique et violence avec usage ou menace d'une arme sans incapacité, commis le 24 novembre 2018 et le 5 février 2019, en marge de manifestations.

Pour les faits du 5 février, Daniel Gargaud ne nie pas. Le leader des Gilets jaunes creusois a insulté une policière devant la préfecture de Guéret. « Je tiens à m’excuser », répète-t-il plusieurs fois à la barre. « Je ne m’adressais pas à elle, mais au Gouvernement. » La victime, présente dans la salle, ne bronche pas.

Une vidéo diffusée pendant l'audience

Les débats s’intensifient en revanche sur les trois autres chefs d’accusations. Des faits qui se sont déroulés, cette fois, le 24 novembre 2018, lors du 2e acte des Gilets Jaunes au rond-point de la Croisière à Saint-Maurice-la-Souterraine. Daniel Gargaud est accusé d’avoir insulté et menacé des gendarmes verbalement, ainsi qu'avec un bâton. 

Pour y voir plus clair, le tribunal diffuse une vidéo à travers les écrans de la salle d’audience, datant de ce jour de manifestation. Sur ce court extrait, filmé par un Gilet Jaune, Daniel Gargaud est bien là, facilement repérable, avec son gilet orange. Dans sa main, un bâton : « C’était pour m’appuyer », confie-t-il, expliquant des problèmes médicaux aux jambes. 

Sur la vidéo, difficile de comprendre la suite des événements. Daniel Gargaud se dirige vers les gendarmes, puis tombe au sol. « Pourquoi êtes-vous allé vers les forces de l’ordre ? », demande le Procureur. « Pour discuter », répond le prévenu. Les gendarmes, eux, ont déclaré avoir reçu des menaces de morts et des insultes. « Je m’inscris en faux », soutient Daniel Gargaud, avant d’émettre de sérieux doutes sur la véracité des propos rapportés par les protagonistes présents sur place. 

L'avocat de Daniel Gargaud plaide la relaxe

Lors de sa prise de parole, le Procureur de la République requiert une condamnation de cinq mois de prison avec sursis. L’avocat de Daniel Gargaud, demande, lui, la relaxe de son client. Le jugement a été mis en délibéré et sera rendu le 26 juin 2019.

À la sortie du Tribunal, Daniel Gargaud rejoint la vingtaine de Gilets Jaunes venus le soutenir, en attendant sa condamnation ou sa relaxe, dans quelques semaines. 

Choix de la station

France Bleu