Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : "Des militaires dans la Manche, je n'en vois pas l'utilité"

mardi 4 décembre 2018 à 10:09 Par Valentine Joubin, France Bleu Cotentin

Après plus de 3 semaines de mobilisation des gilets jaunes, les forces de police sont fatiguées. Sur France Bleu Cotentin ce matin, Christelle Sanier, secrétaire départementale du syndicat Alliance Police dans la Manche réclame plus de moyens.

Pour Christelle Sanier, les policiers ne sont pas suffisamment formés au maintien de l'ordre.
Pour Christelle Sanier, les policiers ne sont pas suffisamment formés au maintien de l'ordre. © Radio France - Valentine Joubin

Quel est l'état des troupes aujourd'hui dans la Manche?

Christelle Sanier : Comme partout en France, nous sommes fatigués. Cela fait trois semaines que nous sommes à disposition jour et nuit de nos services pour le maintien de l'ordre sachant que ce n'est pas notre mission principale et que nous ne sommes pas formé à cela. On n'est absolument pas CRS. Il faut du matériel, une formation, des effectifs. On n'a rien de tout cela. Et puis, c'est une charge supplémentaire. Rien que sur Cherbourg, on doit s'adapter en temps réel et réquisitionner des fonctionnaires qui sont présents au commissariat et qui doivent abandonner leurs missions. Les agents commencent à être fatigués. Quand le soir vous rentrez chez vous et que vous risquez de devoir ressortir, vous comprenez que ça a aussi un impact sur la vie de famille.

Certains syndicats demandent le renfort de l'armée. Quelle est votre position?

CS: Pour le département, je n'en vois pas l'utilité et j'espère bien que nous n'aurons pas à en arriver là. Dans l'ensemble, les gilets jaunes sont sympathiques et nous n'avons aucun souci avec eux. Le seul problème se sont les deux ou trois individus allergiques au bleu marine et qui peuvent entraîner d'autres personnes. Ces gens-là, nous ne pouvons pas les gérer. 

Qu'attendez-vous de la rencontre entre le ministre de l'Intérieur et les syndicats de police aujourd'hui?

CS: J'espère que le ministre va confirmer ce qui a été dit hier au directeur central de la sécurité publique, c'est à dire un renforcement du matériel et une reconnaissance pour tous nos collègues qui ont souffert durant ces dernières semaines. Et puis nous avons besoin de personnel supplémentaire et d'une formation adaptée à ces nouvelles missions.