Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : entre 40 et 50 casseurs à Tours samedi selon la police

dimanche 9 décembre 2018 à 22:16 Par Armêl Balogog, France Bleu Touraine

Au lendemain de la manifestation des gilets jaunes samedi 8 décembre à Tours, deux syndicats de policiers font leur bilan : une manifestation calme puis des groupes de "casseurs".

La vitrine d'au moins un magasin a été cassée dans le centre-ville de Tours
La vitrine d'au moins un magasin a été cassée dans le centre-ville de Tours © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Tours, France

"On peut dire que ça s'est bien passé par rapport à la semaine d'avant", commente Thierry Pouilloux, du syndicat Unité SGP Police, présent lors de la manifestation des gilets jaunes à Tours le samedi 8 décembre. Aucun membre des forces de l'ordre n'a été blessé ce samedi, contre 15 samedi 1er décembre. 11 personnes ont été interpellées.

Nouvelle stratégie pour disperser les "casseurs"

Alors que les forces de l'ordre avaient entièrement bloquer le passage de la rue Nationale le samedi précédent, cette fois-ci "on n'a pas mis d'obstacle, on a laissé naviguer la foule, il n'y a pas eu d'opposition et les gens ont pu manifester tranquillement, donc ça s'est bien passé sur toute la journée", explique Thierry Pouilloux.

Après la fin du défilé, vers 17h30, des affrontements ont éclatés entre les forces de l'ordre et des manifestants. David Goubeau , le secrétaire local adjoint du syndicat Alliance explique que les policiers ont reçu des jets de projectiles alors qu'ils traversaient la rue Nationale pour se rendre devant la préfecture, ce qui aurait marqué le début des affrontements.

On a joué au chat et à la souris. – Thierry Pouilloux, Unité SGP Police

Thierry Pouilloux estime qu'il y avait "une quarantaine-cinquantaine de casseurs qui essayaient de s'amuser, de faire des coudes et piller des magasins. On a joué au chat et à la souris", notamment car des forces mobiles se déployaient pour les isoler et les interpeller.

Crainte d'un nouveau samedi de manifestation

Si le syndicaliste d'Unité SGP Police se montre positif dans l'optique d'un nouveau samedi de manifestation des gilets jaunes le 15 décembre, celui d'Alliance est nettement plus négatif. David Goubeau dit le "redouter". "La situation n'a guère changé" d'un samedi à l'autre, selon lui, "malheureusement le film tend à se répéter chaque samedi"

Atteindre un flic, c'est atteindre un peu le gouvernement, atteindre l'Etat. – David Goubeau, Alliance police

Le policier se sent la cible de certaines personnes : "Il y a une grande partie, que ce soit des groupes d'extrême droite, d'extrême gauche, et malheureusement de jeunes issus des quartiers populaires qui profitent, presqu'à la nuit tombée, de procéder à des dégradations, des agressions et du caillassage en règle des effectifs de police. Certains gilets jaunes viennent manifester mais beaucoup de gens en profitent pour venir casser, et casser parfois du flic."

Samedi 8 décembre, 11 personnes ont été interpellées à Tours, dont une pour transport de cocktail molotov. L'individu a avoué avoir voulu le jeter sur les gendarmes devant la préfecture. La semaine précédente, un individu avait jeté de l'acide sur des policiers.