Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Bretagne : Gilets jaunes et syndicats désunis au 21e jour du mouvement, policiers fatigués

vendredi 7 décembre 2018 à 4:16 - Mis à jour le vendredi 7 décembre 2018 à 5:46 Par Aurélie Lagain, Léo Rozé et Valérie Le Nigen, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Alors que les policiers s'apprêtent à assurer la sécurité d'un quatrième week-end de mobilisation des Gilets jaunes, le fossé se creuse à Brest entre Gilets jaunes et syndicats.

Des gilets jaunes au rond Point de Penn Ar C'hleuz
Des gilets jaunes au rond Point de Penn Ar C'hleuz © Radio France - Valérie Le Nigen

Brest, France

Des gilets jaunes ont encore passé la nuit au bord des routes de Bretagne, souvent une poignée, et une liste qui n'est pas exhaustive :  Brest, Landivisiau, Lanester, Loudéac, Dinan, etc. Mais les relations entre les gilets jaunes et les syndicats ne sont pas au beau fixe. Alors qu'à Paris, sept syndicats ont dénoncé jeudi toutes formes de violences dans l'expression des revendications, même ligne que le président de la République qui demande aux partenaires sociaux de lancer un appel clair et explicite au calme.

"Les Gilets jaunes ne veulent pas de porte-parole, c'est le peuple qui parle !"- Laetitia à Penn ar C'hleuz

Deux manifestations à Brest

A Brest, syndicats et gilets jaunes sont divisés, au point qu'il y a deux appels différents samedi :  à 14 heures place de la Liberté avec Force ouvrière et Solidaires et à 13h30 place de Strasbourg sans banderole syndicale, à l'initiative des Gilets jaunes du rond point de Pen Ar C'hleuz, pas très copains avec les syndicats.

Dans le premier groupe, Nicolas : "peu importe la bannière, ils ont la logistique, les moyens, l'expérience des manifestations, on a tout à apprendre d'eux. Avec trois semaines d'existence, on ne peut pas demander à un syndicat de rester en dehors d'un appel à un meilleur pouvoir d'achat alors qu'il a 40 ans d'existence ! Ce n'est pas cohérent de le mettre sur la touche."

Nicolas ne croisera pas ceux de Penn ar c'hleuz, qui n'ont pas apprécié la sono des syndicats sur le rond-point : "ce sont les Gilets jaunes qui ont démarré le mouvement. Si les syndicats veulent suivre, c'est bien, mais pas avec la bannière des syndicats !". Ces gilets jaunes iront de la place de Strasbourg vers la mairie et s'ils le peuvent " vers un bâtiment symbolique pour l'Etat".  Une délégation rejoindra la marche pour le climat. " Juste un petit groupe, précise Sébastien, "  en raison du programme de la marche pour le Climat. Nous, on ne souhaite pas perturber le secteur des capucins qui est apprécié par les enfants le samedi."

Un troisième groupe de Gilet jaunes, moins nombreux, espère bloquer le port de commerce. 

Des policiers exténués

Les policiers et les gendarmes s'apprêtent aussi à vivre à un quatrième week-end de mobilisation. Peu d'incidents, mais dans le Finistère aussi, les forces de l'ordre sont à bout.

En 25 ans de métier, je n'ai jamais vu une telle lassitude générale" - un policier syndiqué

Beaucoup de policiers travaillent six jours sur sept depuis le début de la mobilisation des Gilets jaunes. Ils sont rappelés le week-end. Les manifestations chez nous n'ont, certes, pas été aussi violentes qu'à Paris ou Marseille le week-end dernier. Mis à part le rassemblement du 17 novembre à Quimper qui avait dégénéré : 11 policiers blessés, jusqu'à 10 jours d'arrêts pour certains. Et en dehors des Gilets jaunes, les forces de l'ordre doivent continuer d'assurer le quotidien et les autres événements : L'Euro de handball féminin à Brest, par exemple. 

Les forces de l'ordre craignent pour ce week-end d'être peu nombreux et subir les besoins en renfort pour Paris. En cette période difficile, les syndicats saluent quand même leur hiérarchie, _"très à l'écoute"_dans le département, selon eux.