Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Gilets jaunes : l'ex-boxeur Christophe Dettinger reste en détention provisoire

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La cour d'appel de Paris a décidé que l'ancien boxeur Christophe Dettinger, qui avait agressé deux gendarmes à coups de poing durant une manifestation de gilets jaunes, resterait en prison. Elle a ordonné ce mercredi son maintien en détention provisoire. Son procès est prévu le 13 février 2019.

L'ancien boxeur, Christophe Dettinger, reste en détention provisoire.
L'ancien boxeur, Christophe Dettinger, reste en détention provisoire. © Maxppp - IAN LANGSDON

paris

Christophe Dettinger, 37 ans, ancien champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers, reste en prison. La cour d'appel de Paris a ordonné mercredi son maintien en détention provisoire. L'ex-boxeur ne comparaîtra donc pas libre à son procès pour "violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique", devant le tribunal correctionnel de Paris, le 13 février 2019.

L'ancien boxeur professionnel avait violemment agressé, à coups de poing et de pied, deux gendarmes au cours du huitième samedi de manifestation des Gilets jaunes à Paris, le 5 janvier 2019. La vidéo de cette agression était devenue virale sur les réseaux sociaux. 

Après cette agression, il avait été recherché. Il ne s'était rendu à la police que deux jours plus tard.

Les deux gendarmes, qui ont été blessés, se sont constitués parties civiles. Ils s'étaient vu prescrire respectivement 15 et 2 jours d'incapacité totale de travail.

Christophe Dettinger est incarcéré depuis le 9 janvier 2019. Il avait demandé sa remise en liberté sous contrôle judiciaire. Il n'a donc pas obtenu gain de cause. La décision de la cour va lui être notifiée à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis.