Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : l'IGPN saisie après le coup de matraque d'un policier bisontin sur un manifestant

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Le préfet du Doubs saisit l'inspection générale de la police nationale pour une enquête administrative, à la suite de la manifestation des gilets jaunes samedi à Besançon. L'IGPN devra enquêter sur les circonstances dans lesquelles un manifestant a reçu au coup de matraque d'un policier.

l'IGPN saisie après un coup de matraque asséné par un policier bisontin
l'IGPN saisie après un coup de matraque asséné par un policier bisontin - capture d'écran vidéo radio bip

Besançon, France

Le préfet du Doubs saisit l'IGPN, l'inspection générale de la police nationale, pour éclaircir les circonstances dans lesquelles un coup de matraque a été asséné samedi 30 mars par un policier sur un gilet jaune, alors que la manifestation était en train d'être dispersée. Un manifestant a été frappé violemment au niveau de la tête. 

Selon une vidéo, réalisée par Radio Bip-Média 25, que France Bleu Besançon a pu visionner dans son intégralité, le manifestant qui a reçu le coup de matraque n'apparaît, à ce moment là, ni violent, ni menaçant pour les forces de l'ordre.

Dans un communiqué publié dimanche soir, le préfet du Doubs explique que le gilet jaune faisait obstacle aux interpellations menées par les policiers. Six personnes ont été interpellées au cours de cette manifestation. Le préfet rappelle dans son communiqué que les forces de l'ordre sont mobilisées depuis plus de quatre mois à Besançon pour contenir les excès des manifestations non déclarées des gilets jaunes. Il ajoute qu'en raison de la présence "d'une vingtaine de casseurs" et dans "un contexte de grande hostilité", la "dispersion de l'attroupement a été ordonnée après sommations".

A lire aussi : Une bavure policière pendant l'acte 20 des gilets jaunes ?