Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Gilets jaunes : la justice ordonne leur expulsion sur des ronds-points de Donges et de Bouguenais

jeudi 10 janvier 2019 à 17:19 Par Anne Patinec, France Bleu Loire Océan

Le juge des référés du tribunal administratif de Nantes ordonne l'expulsion des gilets jaunes à deux ronds-points de Donges et à Bouguenais, près de l'aéroport de Nantes-Atlantique. Saisi par le préfet pour "des motifs de sécurité routière", il a rendu sa décision ce jeudi.

La justice ordonne l'expulsion des gilets jaunes du rond-point des Six Croix
La justice ordonne l'expulsion des gilets jaunes du rond-point des Six Croix © Radio France - Anne Patinec

Loire Atlantique

Après l'examen du dossier mardi au tribunal administratif de Nantes, le juge des référés ordonne l'expulsion des gilets jaunes des ronds-points de Donges  (Les Six Croix et le Canon) ainsi que de Bouguenais près de l'aéroport de Nantes-Atlantique. Ces ronds-points sont occupés depuis le 17 novembre; des cabanes ont été construites à proximité et devront être détruites. C'est le préfet de Loire-Atlantique Claude d'Harcourt qui a saisi la justice pour des motifs "de sécurité routière".

Même sans cabane, les gilets jaunes disent qu'ils reviendront - Radio France
Même sans cabane, les gilets jaunes disent qu'ils reviendront © Radio France - Anne Patinec

Colère des gilets jaunes

A Donges sur le rond-point des Six Croix, les gilets jaunes n'ont pas l'intention de partir spontanément et attendent d'être délogés. Ils ont reçu le soutien de collègues de Saint-Nazaire. En décembre déjà, le maire François Chéneau avait refusé de se plier à la mise en demeure du préfet qui réclamait cette expulsion. L'élu mettait en avant le fait que les cabanes sont construites sur des terrains municipaux, à l'écart de la route. 

En détruisant les cabanes, le gouvernement s'attaque à nos symboles. C'est mettre de l'huile sur le feu et engendrer de la violence. L'attitude du gouvernement nous anime encore plus. On ne lâchera pas". Laetitia, sur le rond-point des Six Croix à Donges