Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : encore des tensions en fin de manifestation à Toulouse

samedi 12 janvier 2019 à 18:08 Par Simon Cardona, France Bleu Occitanie

La place du Capitole a été le champ de bataille éphémère entre manifestants et forces de l'ordre ce samedi 12 janvier en marge de la neuvième mobilisation des gilets jaunes à Toulouse. La préfecture de Haute-Garonne a comptabilisé 6.250 manifestants dans le département.

La place du Capitole ce samedi 12 janvier
La place du Capitole ce samedi 12 janvier © Radio France - Raphael Cann

Toulouse, France

L'acte neuf aura réuni beaucoup de monde ce samedi 12 janvier à Toulouse. La préfecture de Haute-Garonne a recensé bien plus de manifestants que le weekend dernier. 6.250 personnes ont battu le pavé en Haute-Garonne dont 6.000 à Toulouse. Parmi ces manifestants, les autorités auraient repéré "environ 1.000 casseurs". Le bilan de la préfecture à 19h30 fait état de 13 blessés légers parmi les manifestants, 19 parmi les forces de l'ordre. 47 personnes ont été interpellées.

Gaz lacrymogènes contre feux de poubelles

En moins d'une demi-heure, la situation a dégénéré place du Capitole juste devant la mairie de Toulouse ce samedi 12 janvier. Des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont éclaté aux alentours de 17h place du Capitole, soit près de trois heures après le départ de la manifestation dans le centre de la ville rose. 

Un canon à eau et des premiers gaz lacrymogènes ont été envoyés sur la place pour disperser des groupes de manifestants. Ces derniers ont riposté en lançant des bouteilles vides sur les forces de l'ordre. Avant de les charger en guise de réplique aux tirs de gaz lacrymogènes, grenades assourdissantes et aux lanceurs de balles de défense (LBD).

Des poubelles ont aussi été déversées devant les portes de l'hôtel de ville et incendiées. Des "Macron bâtard", "Macron dégage" ou encore "Macron démission" ont été tagués sur les murs du Capitole. En quelques minutes, les commerces et les cafés ont fermé leur grille. Les policiers ont finalement repoussé les manifestants dans des rues adjacentes. 

Une demi-heure après le début des affrontements, la place du Capitole était de nouveau vide, laissant simplement une odeur de brulé et de gaz lacrymogène. 

Un abri bus détruit près de la station Jeanne d'Arc à Toulouse - Radio France
Un abri bus détruit près de la station Jeanne d'Arc à Toulouse © Radio France - Raphael Cann

Des violences aussi près de Jeanne d'Arc

Mais les violences se sont simplement déportées près de l'arrêt de métro Jeanne d'Arc, sur le boulevard de Strasbourg : mobilier urbain endommagé, affrontements entre manifestants et policiers, barricades déployées... 

Avant cela, plusieurs banques et une agence immobilière ont été endommagées à coup de marteau par des casseurs.

Certains ont également tenté d'intimider une journaliste de La Dépêche du Midi, qui partait de la manifestation pour rejoindre sa rédaction.