Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

Gilets jaunes : le boxeur accusé d'avoir frappé des gendarmes doit être jugé ce mercredi après-midi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

L’ancien boxeur qui est accusé d'avoir frappé des gendarmes à Paris samedi, en marge de la manifestation des "gilets jaunes", va être présenté au parquet de Paris et doit être jugé dès ce mercredi après-midi en comparution immédiate.

L'ancien boxeur professionnel (avec le bonnet noir) s'en est pris à des gendarmes samedi.
L'ancien boxeur professionnel (avec le bonnet noir) s'en est pris à des gendarmes samedi. © Maxppp - IAN LANGSDON

L'ancien boxeur professionnel Christophe Dettinger, soupçonné d'avoir agressé deux gendarmes samedi lors de l'"acte VIII" des "gilets jaunes" à Paris, va être présenté ce mercredi au parquet en vue de son procès en comparution immédiate dans la journée, a annoncé le parquet de Paris.

Jugé ce mercredi après-midi 

Cet homme de 37 ans originaire de l'Essonne, ancien champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers, doit être jugé devant le tribunal correctionnel dans la journée pour "violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique".

L'ancien boxeur est soupçonné d'avoir roué de coups deux gendarmes samedi dernier sur la passerelle Leopold-Sédar-Senghor, qui relie les deux rives de la Seine au niveau du musée d'Orsay.

Le boxeur reconnaît avoir "mal réagi" 

Dans une vidéo postée sur internet lundi avant de se rendre à la gendarmerie, l'ex-boxeur a admis avoir "mal réagi" mais s'être "défendu" face aux violences policières. Au moments des faits, ses gants étaient _"coqués"_c’est-à-dire qu’ils étaient renforcés avec du plomb. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu