Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : le maire de Reims demande le renfort de l'Etat pour samedi

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Les Gilets Jaunes veulent revenir à Reims ! Ils relaient sur les réseaux sociaux un nouvel appel à une journée nationale d'action pour ce samedi 29 juin. Le maire de Reims ne veut pas revivre la même journée que celle du 18 mai où la ville avait connu de nombreuses dégradations.

Le maire ne veut pas revivre la journée du 18 mai lors de la dernière manifestation nationale des gilets jaunes à Reims.
Le maire ne veut pas revivre la journée du 18 mai lors de la dernière manifestation nationale des gilets jaunes à Reims. © Radio France - Thomas Coignac

Reims, France

Le maire de Reims demande l'aide du ministère de l'Intérieur pour faire face à la manifestation de gilets jaunes prévue ce samedi. Reims a une nouvelle fois été choisie comme lieu de rassemblement national, comme le 18 mai dernier. On se souvient que la manifestation avait mal tourné, il y avait eu de nombreuses dégradations : des vitrines cassées, du mobilier urbain endommagé, des barrières de sécurité à terre, des chaussées dégradées et même des feux sur les Promenades. 

Un dispositif policier sous-estimé le 18 mai 

Les autorités avaient reconnu qu'elles n'avaient pas estimé à sa juste mesure l'ampleur de la mobilisation et que les effectifs des forces de l'ordre étaient trop peu nombreux. Les commerçants, principalement du centre-ville, avaient souffert de ce déferlement de la part de gilets jaunes, appuyés par des Blacks blocs venus en découdre. 

30 magasins avaient subi des dégâts,plus de 40 vitrines ont été cassées. La facture s'est élevé en mobilier urbain à 40 000 euros. La ville avait aussi lancé une campagne de soutien aux commerçants de Reims, lancée sur les réseaux sociaux.

Le maire écrit au ministre de l'intérieur

Arnaud Robinet a donc écrit à Christophe Castaner. Le maire de Reims, a demandé au Ministre de l’intérieur, des moyens humains et matériels supplémentaires pour œuvrer au maintien de l’ordre ce samedi à Reims. 

Rappelant les dégradations opérées à Reims le 18 mai dernier, Arnaud Robinet en appelle à l’Etat pour assurer le maintien de l’ordre dans les rues de Reims, samedi prochain.

« Conscient des efforts demandés aux forces de l’ordre ces derniers mois, et de la pleine mobilisation des services de l’Etat, notamment Monsieur le Préfet que je félicite, je ne doute pas que vous mesurez l’importance de sécuriser cette manifestation en octroyant les moyens humains et techniques nécessaires pour préserver les intérêts des riverains, commerçants et visiteurs de la Cité des Sacres. »

Samedi 18 mai, dans le centre-ville de Reims, des dizaines de Black blocs avaient commis des détériorations et des violences lors d’une manifestation de Gilets jaunes. Outre le mobilier urbain dégradé, le chantier de la Ville mené sur le secteur des Promenades avait été incendié et une quarantaine de vitrines fortement vandalisées.

Le courrier adressé au Ministre de l’intérieur le 25 juin souligne que l’appel à manifester du 29 juin correspond notamment au premier samedi des soldes estivales. 

La semaine dernière, les gilets jaunes étaient à Charleville-Mézières 

La semaine dernière, l'appel national était dans les Ardennes. Près de 400 gilets jaunes se sont réunis à Charleville-Mézières dans un calme relatif. Peu de dégradations, mais 300 policiers s'étaient déployés tout autour de la ville. Le maire Boris Ravignon et la préfecture avaient eux aussi demandé des renforts.