Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : nuit de violences au péage de Fontaine

dimanche 23 décembre 2018 à 12:53 Par Mélanie Kuszelewicz, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Alsace

Des affrontements entre les gendarmes et une trentaine de gilets jaunes se sont déroulés pendant une grande partie de la nuit de samedi à dimanche. Les manifestants ont tenté à plusieurs reprises de s'introduire sur l'A36 au niveau du péage de Fontaine pour investir l'aire de péage.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Thierry Colin

Fontaine, France

La nuit de samedi 22 décembre au dimanche 23 décembre 2018 a été très mouvementée sur le péage de Fontaine. Entre 20h et 23h45, une trentaine de gilets jaunes du Nord Franche-Comté ont tenté de s'introduire sur l'autoroute A36 pour investir l'aire de péage malgré l'interdiction préfectorale. Les manifestants venus du Territoire de Belfort, de Haute-Saône, du Doubs et du Haut-Rhin ont été repoussés par un peloton de gendarmerie. Une quarantaine de militaires a été mobilisée pendant toute la nuit. 

Vers 23h45, les affrontements ont pris un autre tournant. Les manifestants ont tenté une dernière fois d'aller sur le péage de Fontaine, le visage cagoulé. Ils ont été une nouvelle fois repoussés par les militaires. Les gilets jaunes se sont alors repliés vers leurs voitures, garées sur le parking du stade de foot de Larivière. Dans leur fuite, ils ont lancé des projectiles, comme des feux d'artifices et des tirs de mortiers, en direction des gendarmes. Un  des membres des forces de l'ordre a été blessé légèrement. Il souffre d'un traumatisme sonore. Transporté à l'Hôpital Nord Franche-Comté, le gendarme adjoint volontaire est sorti de l'hôpital ce dimanche matin. 

Quatre personnes ont été interpellées. Un dossier judiciaire est ouvert pour participation à une manifestation interdite, violences avec armes et détention d'armes. Les quatre manifestants ont été relâchés. Ils seront rapidement convoqués pour une prochaine audition.    

Un manifestant en voiture tente de foncer sur un gendarme

Après le repli des manifestants, un des gilets jaunes réussit à rejoindre sa voiture. Deux gendarmes tentent alors de le contrôler. L'automobiliste, originaire du Haut-Rhin, fonce sur un des deux militaires, qui l'évite de justesse. S'ensuit une course-poursuite qui se termine à Fontaine vers 00h30. L'homme est contrôlé, interpellé et placé en garde à vue. Une enquête judiciaire est ouverte pour refus d'obtempérer et violence avec arme. Sa garde a vue a été prolongée de 24h. Il sera présenté au parquet de Belfort lundi dans la journée.