Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : quatre jeunes placés sous contrôle judiciaire pour des dégradations en Meurthe-et-Moselle

samedi 1 décembre 2018 à 9:34 Par Mélanie Juvé, France Bleu Sud Lorraine

Quatre jeunes hommes se revendiquant du mouvement des gilets jaunes ont été placés sous contrôle judiciaire ce vendredi après avoir été présentés au parquet de Nancy. Il sont soupçonnés d'avoir fracturé des boîtiers de commande de passages à niveau dans le Lunévillois cette semaine.

Quatre jeunes hommes ont été placés sous contrôle judiciaire à Nancy pour des dégradations lors du mouvement des gilets jaunes. Photo d'illustration.
Quatre jeunes hommes ont été placés sous contrôle judiciaire à Nancy pour des dégradations lors du mouvement des gilets jaunes. Photo d'illustration. © Radio France - François Cortade

Nancy, France

Alors que les gilets jaunes se mobilisent un peu partout en France à nouveau ce samedi 1er décembre, quatre jeunes hommes se revendiquant du mouvement ont été placés sous contrôle judiciaire hier après avoir été présentés au parquet de Nancy indique le procureur de la république François Pérain. 

Des jeunes hommes âgés de 20 à 25 ans interpellés en flagrant délit mercredi à Moncel-lès Lunéville, soupçonnés d'avoir fracturé des boîtiers de commande de passages à niveau. 

Ils reconnaissent les faits

Un pied de biche rouge a été retrouvé par les gendarmes à l'arrière de leur voiture. Des fragments de peinture rouge ont également été retrouvé sur plusieurs passages à niveau abaissés. Les jeunes avaient fracturé un cadenas pour ouvrir le boitier de commande puis forcé manuellement les barrières à se baisser. Une action rapide, une fois la nuit tombée à Saint Clément, Azerailles, Gélacourt et Moncel-lès-Lunéville.

Les quatre jeunes ont reconnu les faits en garde-à-vue et se sont revendiqués du mouvement des gilets jaune. Ils sont donc ressortis libres mais convoqués devant la justice le 15 février prochain.