Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : relaxe pour les quatre manifestants jugés après les violences de samedi à Amiens

lundi 24 décembre 2018 à 16:29 Par Valérie Massip et Clémence Gourdon Negrini, France Bleu Picardie et France Bleu

Les quatre jeunes hommes jugés ce lundi en comparution immédiate après les violences de samedi lors de la mobilisation des gilets jaunes à Amiens, sont relaxés. Leurs avocats ont fait valoir la nullité de la procédure.

Les avocats des quatre jeunes hommes ont plaidé la nullité dans les dossiers des quatre jeunes hommes
Les avocats des quatre jeunes hommes ont plaidé la nullité dans les dossiers des quatre jeunes hommes © Radio France - CGN

Amiens, France

Les quatre personnes jugées en comparution immédiate au tribunal correctionnel d'Amiens ce lundi après-midi après les violences de samedi à Amiens lors de la mobilisation des gilets jaunes, sont relaxés. Leurs avocats ont fait valoir la nullité des procédure. Pour deux d'entre eux l'horaire sur les procès verbaux ne correspond pas à celui des interpellations. Un procès-verbal par exemple a été rédigé vers 9h30 alors que l'interpellation a eu lieu deux heures plus tard. Pour deux des quatre jeunes hommes jugés ce lundi, il n'y a pas eu de procès-verbal rédigé.

Sur les quatre jeunes hommes d'une vingtaine d'années, un seul est un gilet jaune. Il a expliqué être mobilisé à Feuquières-en-Vimeu depuis le début du mouvement, "sans jamais avoir eu de problème avec les forces de l'ordre". Il considère donc que son arrestation est "injuste". Les trois autres, qui ont entre 20 et 21 ans, expliquent ne pas être gilets jaunes et avoir "simplement été _présents quand c'est parti en cacahuète_". Ils ont "suivi le mouvement", précise leur avocat. L'un d'entre eux avoue avoir "jeté une ou deux pierre". 

La marie d'Amiens, qui avait demandé à se constituer partie civile dans le dossier des trois hommes interpellés en centre-ville samedi, voit sa demande déboutée en raison des relaxes. 

Après les dégradations commises en marge de la journée de mobilisation des gilets jaunes samedi à Amiens, les quatre jeunes hommes d'une vingtaine d'années, étaient poursuivis pour violences sur personne dépositaire de l'autorité publique et selon les cas pour dégradations et / ou participation à une manifestation à visage couvert. 

Un mineur de 17 ans sera convoqué plus tard devant le juge pour enfants.