Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : un ancien policier sarthois condamné après des heurts avec les forces de l'ordre

vendredi 21 décembre 2018 à 16:02 Par Jérôme Collin et Julie Le Duff, France Bleu Maine

Un membre des gilets jaunes était jugé ce vendredi au Mans. Il avait été interpellé dans la foulée de l'action menée dimanche soir près de Carrefour Centre Sud, lors de laquelle un commissaire avait été blessé à la tête. Son ancien patron, puisque le gilet jaune est un ex-policier.

Plus tôt dans la soirée, les gilets jaunes avaient fait face aux policiers et gendarmes sans heurts, près de Logista au Mans
Plus tôt dans la soirée, les gilets jaunes avaient fait face aux policiers et gendarmes sans heurts, près de Logista au Mans © Radio France - Ruddy Guilmin

Le Mans, France

Un homme de 32 ans, membre des gilets jaunes, a été condamné à 105 heures de travaux d'intérêt général par le tribunal du Mans, vendredi 21 décembre, après avoir entravé la circulation aux pompiers, les empêchant d'éteindre un feu de palettes de bois. C'était lors d'un rassemblement de gilets jaunes au Carrefour Centre Sud du Mans, dans la nuit du dimanche 16 au lundi 17 décembre. Un commissaire de police avait été bousculé et blessé à la tête lorsqu'il avait tenté d'intervenir pour permettre aux pompiers d'intervenir.

Une rancœur contre son ancien chef

Cet homme est un ancien membre de la police, un adjoint de sécurité qui a travaillé pendant six ans au Mans. Il était sous les ordres du commissaire de police qui a été blessé. Il reconnaît avoir harangué la cinquantaine de gilets jaunes présents le soir des heurts, ce qui a ensuite entraîné la bousculade. Lors de la soirée, le gilet jaune et le commissaire de police ont échangé. "Tu m'as plié, tu n'es plus mon chef", lance l'ancien adjoint de sécurité. "Ce n'était pas menaçant", se défend-t-il.

Devant le tribunal, il reconnaît une certaine rancœur contre son ancien chef, car il n'a pas réussi le concours pour intégrer la police. Son contrat comme adjoint de sécurité n'a pas été prolongé. "Il n'y est pour rien", admet finalement le gilet jaune. Il assure être "pro-police. Je ne cautionne pas les violences. J'ai été dépité".

140 heures de travaux d'intérêt général avaient été requises. Finalement, le gilet jaune, ancien policier, est condamné à 105 heures.