Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Gilets Jaunes : un Nîmois présenté devant le tribunal de Nîmes pour outrage et incitation à la rébellion

jeudi 27 décembre 2018 à 19:09 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère

Âgé d'une quarantaine d'années et très actif sur les réseaux sociaux, il a posté une vidéo à l'occasion de l'acte VI des Gilets Jaunes nîmois. Il y insulte vertement la police nationale. Il a été présenté ce jeudi devant le tribunal de grande instance de Nîmes qui l'a placé sous contrôle judiciaire.

Le Tribunal de Grande Instance de Nîmes.
Le Tribunal de Grande Instance de Nîmes. © Radio France - Ludovic Labastrou

Nîmes, France

Un gilet jaune vivant à la périphérie de Nîmes a été présenté ce jeudi au TGI de Nîmes. Il a été placé sous contrôle judiciaire et répondra ultérieurement de ses actes. On lui reproche un outrage et une incitation à la rébellion à l'égard de la police. Suite à la manif samedi dernier à Nîmes, il avait copieusement insulté sur la toile et à visage découvert la police qui l'a placé en garde à vue avant son déferrement. 

Outrage et incitation à la rébellion jusqu'à 6 mois de prison

Fino, son pseudo est un quadra très actif sur les réseaux sociaux, relativement suivi d'ailleurs. Un gilet jaune présent sur nombre de barrages, au mas de Cheylon, Rodilhan, St Cézaire. Avec ses vidéos, il bat le rappel, il est partout. Jusqu'à sa dernière production - retirée depuis - au cours de l'acte VI à Nîmes. Des policiers protègent la préfecture. Une de leur voiture est stationnée sur une place handicapée. Ce n'est pas bien, pense-t-il. Le gilet jaune filme y compris la plaque d'immatriculation et commente sur l'air de "faites ce que je dis mais pas ce que je fais". 

"Des gracieusetés et des gestes que je me garderai bien de vous répéter"

Des propos fleuris - très fleuris et un geste du doigt extrêmement explicite. La grande maison la eu mauvaise. Très mauvaise. Le gilet jaune qui poste ses vidéos toujours à visage découvert a été identifié assez aisément et placé en garde à vue. Disons qu'une fois devant la police et la justice, il aurait de beaucoup modéré sa position. Placé sous contrôle judiciaire Fino encourt jusqu'à 6 mois de prison.

Récit de Ludovic Labastrou.