Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : une manifestante montpelliéraine va porter plainte après avoir été frappée par les forces de l'ordre

lundi 7 janvier 2019 à 19:26 Par Marie Rouarch, France Bleu Hérault

Elle affirme avoir été mise au sol et frappée par des CRS en marge de la mobilisation des gilets jaunes, ce samedi 5 janvier. Xana a reçu cinq points de suture et s'est vu prescrire cinq jours d'ITT. La jeune femme va porter plainte.

La manifestante a reçu cinq points de suture
La manifestante a reçu cinq points de suture

Montpellier, France

Xana promet qu'elle va porter plainte. La jeune femme est toujours sous le choc deux jours après son passage à l'hôpital : cette manifestante affirme avoir été frappée par des CRS, pendant la mobilisation des gilets jaunes, ce samedi 5 janvier, à Montpellier. Elle souffre notamment d'une plaie à la tête qui lui a valu cinq points de suture et cinq jours d'ITT.

Xana témoigne : "il y a eu un tir de bombe lacrymogène et les CRS en ont profité pour charger, il y a donc eu un mouvement de panique. Et là je me suis sentie tirée en arrière et plaquée au sol". Et là, selon elle, les coups de pieds et de matraque pleuvent, les insultes aussi. "Un d'entre eux m'a traînée au sol sur plusieurs mètres", ajoute-t-elle.

La tête en sang

Les forces de l'ordre finissent par lui dire de "se casser". Elle se réfugie au coin d'une rue et découvre une plaie à l'arrière de sa tête. Les pompiers la prennent rapidement en charge. Elle se dit elle-même en "KO technique" à ce moment-là. Le médecin qui s'occupe d'elle à l'hôpital lui pose cinq points de suture à la tête et lui prescrit cinq jours d'ITT. 

"Il faut que ça s'arrête, les violences policières", souligne la jeune femme. Mais l'expérience ne l'a pas pour autant convaincue de renoncer à la mobilisation. Elle promet d'être présente pour les prochaines manifestations mais "pas en première ligne cette fois".

Xana, toujours sous le choc, après avoir été frappée pendant la manifestation du samedi 5 janvier

Sollicitée par nos soins, la préfecture de l'Hérault a finalement pris position sur les événements de ce samedi via un communiqué de presse. Le préfet Pierre Pouëssel "salue l'engagement et le courage des forces de l'ordre et des services de secours". Il "assure les Montpelliérains de la pleine mobilisation des services de l'État pour continuer à faire face aux actions violentes et remettre leurs auteurs à l'autorité judiciaire". Rien en revanche sur les critiques d'usage disproportionné de la force qui peuvent être adressées aux forces de l'ordre.