Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes: une proposition de loi LR pour suspendre le RSA aux casseurs

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Plusieurs députés Les Républicains viennent de cosigner une proposition de loi qui vise à suspendre le RSA aux gilets jaunes qui commettraient des dégradations. Droits mais aussi devoirs pour la droite, stigmatisation des plus démunis pour les gilets jaunes.

Manifestation des Gilets Jaunes à Bourges (Cher), le 12 janvier 2019.
Manifestation des Gilets Jaunes à Bourges (Cher), le 12 janvier 2019. © Radio France - Victor Vasseur

Strasbourg, France

22 députés Les Républicains viennent de cosigner une proposition de loi pour suspendre le RSA aux auteurs de dégradations, notamment dans les manifestations de gilets jaunes. En Alsace, ils sont 3 à l'avoir signée, Jean-Luc Reitzer et Raphaël Schellenberger dans le Haut-Rhin, Patrick Hetzel dans le Bas-Rhin. Le département du Haut-Rhin, on s'en souvient, avait déjà été précurseur en la matière en imposant un travail bénévole aux titulaires du RSA, le Bas-Rhin a mis en place un système qui s'en approche. 

des droits mais aussi des devoirs

Le député du Haut-Rhin, Raphaël Schellenberger est l'un des signataires de la proposition de loi. Pour lui, "c'est déjà grave de porter atteinte à des biens privés ou publics mais quand on est allocataire d'une allocation sociale, c'est une circonstance aggravante. C'est juste rappeler qu'on peut avoir des droits en France qui sont aussi assortis de devoirs".

une façon de stigmatiser

Cette proposition reste en travers de la gorge des gilets jaunes comme Jérôme Meyer qui a rejoint le mouvement dès la première heure. Pour lui c'est "une punition, si vous n'êtes pas sages on vous coupe les vivres". Le jeune-homme considère que l'on stigmatise ainsi les plus démunis: "il y aurait les bons gilets jaunes, ceux qui travaillent, qui s'expriment pacifiquement, qui parlent bien et puis les autres, les loqueteux, qui ne travaillent pas, qui profitent des allocations, qui sont vulgaires, qui cassent, qui bloquent".