Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Gironde : garde à vue prolongée pour la mère soupçonnée d'avoir tué ses trois enfants

vendredi 6 avril 2018 à 19:05 Par Jules Brelaz, France Bleu Gironde et France Bleu

Dans l'affaire du triple infanticide à Mérignac, près de Bordeaux, la mère de famille devrait être déferrée samedi devant la justice.

La police scientifique a procédé mercredi aux constatations au domicile de la famille à Mérignac.
La police scientifique a procédé mercredi aux constatations au domicile de la famille à Mérignac. © Maxppp - Laurent Theillet

Bordeaux, France

La procureur de la République de Bordeaux a décidé de prolonger vendredi la garde à vue de l'infirmière soupçonnée d'un triple infanticide. Cette femme de 42 ans aurait empoisonné ses trois enfants mercredi dans la maison familiale de Mérignac, avant de tenter de mettre fin à ses jours. 

Elle a d'abord été placée en garde à vue jeudi alors qu'elle était hospitalisée au CHU de Bordeaux. Sortie de l'hôpital vendredi, elle a pu être entendue par les enquêteurs de la Brigade de Protection de la Famille. Auditionnée dans les bureaux de la Sûreté départementale, elle va passer une deuxième nuit sous le régime de la garde à vue. Cette mère de famille sera présentée samedi à un magistrat, avant l'ouverture d'une information judiciaire pour homicides aggravés sur mineurs de moins de 15 ans.

La mère a exprimé son "mal-être" dans une lettre

D'après les derniers éléments de l'enquête, l'infirmière aurait empoisonné ses trois enfants en leur administrant un médicament indisponible en pharmacie. Elle aurait eu accès à ce puissant anesthésiant au bloc opératoire du CHU Pellegrin où elle travaillait. Les autopsies des trois enfants ainsi que des analyses toxicologiques ont été effectuées vendredi.

D'après le parquet de Bordeaux, la mère aurait laissé une lettre expliquant son geste, dans laquelle elle exprime son "mal-être" et son "désir d'en finir". Les corps sans vie de ses deux garçons de 5 et 9 ans et de sa fillette de 8 ans ont été retrouvés mercredi par leur père, un sapeur-pompier professionnel.