Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Gironde : l'élue Corinne Guillemot condamnée à cinq mois de prison avec sursis

lundi 10 septembre 2018 à 19:06 Par Mélanie Juvé, France Bleu Gironde

La conseillère départementale du canton de Bordeaux Nord Corinne Guillemot a été condamnée à cinq mois de prison avec sursis, assortis d'un sursis mise à l'épreuve de 24 mois par le tribunal correctionnel de Bordeaux ce lundi après-midi pour recel de fraude aux prestations sociales.

Séance du Conseil Départemental de Gironde
Séance du Conseil Départemental de Gironde © Radio France

Gironde, France

L'élue PS Corinne Guillemot a été reconnue coupable de recel de fraude aux prestations et allocations sociales. Elle a été condamnée ce lundi après midi par le tribunal correctionnel de Bordeaux à cinq mois de prison avec sursis, assortis d'un sursis de mise à l'épreuve de deux ans, et l'obligation de rembourser au total 16 000€ d'aides perçues. Son ex-compagnon écope de la même peine, lui pour fraude aux prestations sociales, étant l'auteur du dépôt de dossier d'APL et de RSA.

Pendant un an et demi environ, jusqu'en mai 2017, l'élue a perçu 800 € de RSA (Revenu de Solidarité Active) et 380 € d'APL (aide au logement) par mois, en plus de ses indemnités d'élue avoisinant les 2 000 €. Des faits découverts alors que l'élue est expulsée de son logement bordelais pour loyers impayés. Sa logeuse adresse par voie d’huissier une sommation à la CAF (Caisse d'Allocation Familiale), qui procédera à des vérifications. 

Corinne Guillemot se défend de ne pas faire attention à ses comptes à cette période, et ne pas se rendre compte des rentrées d'argent, ayant délégué la gestion du foyer à son ex-compagnon. Son avocate, Me Cadiot-Feidt parlera même d'une "instrumentalisation" de sa cliente, "anesthésiée" dans une escroquerie perpétrée par son ex-compagnon. Le tribunal en décidera autrement. 

Suspendue de ses fonctions

L'élue est suspendue de ses fonctions de conseillère départementale depuis décembre dernier, et n'est plus présidente de l'ADIL (l'association départementale d'information sur le Logement). Le Conseil Départemental, qui s'est constitué partie civile, recevra 11 000 € au titre de préjudice moral. À l'audience, la peine d'inéligibilité n'a pas été requise par la procureure.