Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux : un appel pour une inscription au collège pris pour une alerte attentat

jeudi 31 mai 2018 à 7:24 Par Aurélie Bambuck, France Bleu Gironde, France Bleu Périgord et France Bleu

L'auteur de l'appel qui a provoqué l'évacuation du collège Saint-Genès de Talence, le 24 mai, a été identifié. C'est un adolescent originaire des pays de l'Est qui souhaitait simplement prendre des nouvelles de son inscription. Son appel, mal compris, a été interprété comme une alerte attentat.

L'appel mal compris a provoqué l'évacuation du collège pendant 3 heures
L'appel mal compris a provoqué l'évacuation du collège pendant 3 heures © Radio France - Stéphanie Brossard

Ce qui ressemblait à un canular n'est en fait qu'un gros malentendu. L'appel reçu jeudi 24 mai au standard du collège Saint-Genès n'était pas une alerte attentat. Il a été passé par un adolescent originaire des pays de l'Est révèle Sud Ouest . Selon le quotidien régional, le jeune qui réside en Dordogne parle mal le français. Il n'appelait pas pour annoncer un attentat à midi, mais pour savoir où en était son dossier d'inscription

Une évacuation des 630 élèves

La surveillante au bout du fil a mal compris le message. Le protocole d'évacuation a immédiatement et efficacement été lancé. 630 élèves et personnels évacués. L'établissement fouillé de fond en comble avec des chiens spécialisés dans la détection d'explosifs. Au bout de 3 heures aucun objet suspect n'a été découvert. 

La police croyait avoir à faire à un de ces appels fantaisistes qui se multiplie en fin d'année scolaire. C'était juste un vrai problème de compréhension pour un faux canular.