Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Gironde : le tireur présumé d' Ambarès-et-Lagrave mis en examen pour meurtre

dimanche 7 janvier 2018 à 20:56 - Mis à jour le lundi 8 janvier 2018 à 7:16 Par Thomas Coignac et Aurélie Bambuck, France Bleu Gironde et France Bleu

Deux hommes se sont introduits dans une maison à Ambarès-et-Lagrave, dans la nuit de vendredi à samedi. L'un d'eux est mort, touché mortellement à la tête par un tir de pistolet à grenaille. Si les circonstances sont encore floues, son complice présumé est le seul suspect. Il a été incarcéré.

Les faits se sont produits rue Lamartine, à Ambarès et Lagrave.
Les faits se sont produits rue Lamartine, à Ambarès et Lagrave. © Radio France - Capture d'écran Google.

Ambarès-et-Lagrave, France

On en sait désormais un peu plus sur la mort d'un jeune homme de 20 ans à Ambarès-et-Lagrave samedi. Un jeune homme de 19 ans a été mis en examen pour meurtre et tentative de meurtre. Il a été incarcéré ce dimanche.

Les deux hommes semblent s'être introduits dans la maison, pour exiger le paiement d'une dette liée à une affaire de drogue. Vers minuit, dans la nuit de vendredi à samedi, ils y entrent armés, d'un pistolet à grenaille et d'une bombe lacrymogène. À l'intérieur, ils tirent sur les habitants de la maison, une mère et ses deux fils, âgés de 28 et 17 ans. Deux sont légèrement blessés. 

Les membres de la famille hors de cause

Dans la bagarre qui éclate ensuite, l'un des deux assaillants, âgé de 20 ans, perd son pistolet. Et quelqu'un lui tire une balle dans la tête. Il décédera samedi, des suites de ses blessures à l’hôpital Pellegrin de Bordeaux.  

Les interrogatoires menés pendant la garde à vue de son complice, âgé de 19 ans, le désignent comme le tireur présumé. Si cela était avéré, son geste était-il volontaire ? Pourquoi a-t-il retourné l'arme contre son ami ? L'enquête de la police judiciaire tentera de le déterminer. Mais les habitants de la maison sont a priori hors de cause. L'un des deux fils, qui avait été placé en garde à vue, a été relâché dimanche.