Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Gironde : un incendie volontaire à la sous-préfecture de Lesparre-Médoc

mercredi 9 janvier 2019 à 10:01 - Mis à jour le mercredi 9 janvier 2019 à 12:08 Par Yves Maugue et Aurélie Bambuck, France Bleu Gironde et France Bleu

Un feu, d'origine criminelle, a pris devant la sous préfecture. La fumée s'est propagée à l'intérieur du bâtiment sans faire de victime ce mercredi matin. Le préfet s'est rendu sur place. Une enquête est ouverte.

La sous préfecture de Lesparre, cible d'un incendie criminel
La sous préfecture de Lesparre, cible d'un incendie criminel © Radio France - Fanny OHIER

Lesparre-Médoc, France

La sous-préfecture de Lesparre-Médoc a été prise pour cible ce mercredi matin. Un incendie volontaire a été déclenché entre le rideau métallique de l'entrée, encore fermé, et la porte vitrée de l'accueil. Les employés l'ont découvert un peu avant 8 heures et immédiatement appelé les pompiers. 

Les flammes ont léché la façade du bâtiment et brûlé le rideau de fer, la porte vitrée s'est en partie brisée sous l'effet de la chaleur. Des dégâts suffisamment importants pour empêcher l'ouverture au public. La sous préfecture est restée fermée toute la matinée, elle sera ouverte de nouveau dès la fin des réparations.

L'objet enflammé aurait été déposé entre le rideau de fer et la vitre d'entrée, provoquant l'éclatement du verre sous l'effet de la chaleur.  - Radio France
L'objet enflammé aurait été déposé entre le rideau de fer et la vitre d'entrée, provoquant l'éclatement du verre sous l'effet de la chaleur. © Radio France - Fanny Ohier

"C'est un peu surprenant... Surtout, que ça arrive ici dans le Médoc !"

Emilie Femenia travaille au guichet de la sous-préfecture, elle n'était pas encore arrivée lorsque le feu a été éteint. "C'est un peu surprenant, surtout, que ça arrive ici, dans le Médoc".  

L'enquête est en cours pour déterminer les conditions exactes du déclenchement de l'incendie, et en trouver le ou les auteurs. Elle a été confiée au groupement de gendarmerie départementale de la Gironde, en lien avec la section de recherche de Bordeaux. Par ailleurs, le centre-ville est placé sous vidéo-surveillance, ce qui pourrait accélérer l'enquête.

La sous-préfecture, victime du climat de violence qui règne

Un acte symbolique, destiné à porter atteinte à l'Etat et au service public en milieu rural, selon le préfet de la région Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement, qui s'est rendu sur place à midi. 

"J'observe simplement que tout cela s'est produit dans un climat de violence, d'appel à la destruction, et on en voit les conséquences sur une sous-préfecture du Médoc, un monde par ailleurs en difficulté." — Didier Lallement, préfet de Nouvelle Aquitaine

L'incendie, produit "du climat de violence, d'appel à la destruction dont on voit les conséquences sur une sous-préfecture du Médoc", selon le préfet.

Le préfet, le sous-préfet et le maire observent les dégâts extérieurs : les flammes sont venues lécher l'étage supérieur, sans avoir le temps de se propager. - Radio France
Le préfet, le sous-préfet et le maire observent les dégâts extérieurs : les flammes sont venues lécher l'étage supérieur, sans avoir le temps de se propager. © Radio France - Fanny Ohier

Condamnation du député du Médoc LREM Benoît Simian, qui était sur place également, et qui affirme que "ceux qui allument le feu au sens propre comme au sens figuré, se placent en dehors de notre démocratie et il faut les sanctionner." Il fait quant à lui un lien direct entre l'acte criminel et le mouvement des gilets jaunes.

"Ceux qui allument le feu au sens propre comme au sens figuré se placent en dehors de notre démocratie", le député Médoc Benoît Simian fait lui un lien direct entre l'acte criminel et le mouvement des gilets jaunes.