Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Givet : un homme reconnaît les coups mortels sur sa compagne

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

L'homme d'une cinquantaine d'années devrait être présenté dans la journée de lundi au parquet de Reims. Une information judiciaire a été ouverte pour meurtre sur conjoint.

Gendarmerie (photo illustration)
Gendarmerie (photo illustration) © Radio France - Victor Vasseur

Givet, France

Les faits se sont déroulés samedi, dans un appartement de Givet dans les Ardennes. Une jeune femme d'une trentaine d'années a été retrouvée morte. Sur son corps, selon le journal l' Union, les enquêteurs ont relevé de nombreuses plaies à l'arme blanche. Maïté Kranyec n'a pas survécu à ses graves blessures. Interpellé peu de temps après les faits, son compagnon aurait reconnu les faits. Il aurait évoqué une dispute sans que les enquêteurs en sachent davantage pour l'instant. 

Plus de 50 féminicides en France depuis le 1er janvier 2019

Le parquet de Reims, compétent en matière criminelle, a ouvert ce lundi matin une information judiciaire pour meurtre sur conjoint et devrait requérir un mandat de dépôt à l'encontre de l'auteur présumé du féminicide. Quant à l'enfant en bas âge qui se trouvait dans le logement au moment des faits, il a été pris en charge par les services sociaux à la demande du parquet de Charleville-Mézières.

Depuis le début de l'année 2019 en France, plus de  50 cas de féminicides auraient été décomptés. Ce terme, inventé par une sociologue dans les années 70 et repris depuis les années 90 doit se comprendre comme le meurtre d'une femme par son conjoint ou ex-conjoint. Si le code pénal ne connaît pas ce terme de féminicide, il reconnaît en revanche comme circonstance aggravante le meurtre sur conjoint. Un crime passible de la réclusion criminelle à perpétuité.