Faits divers – Justice

Gonnehem : le beau-père d’Antoine Dupont s’est suicidé en prison

Par Eric Turpin, France Bleu Nord et France Bleu jeudi 18 août 2016 à 16:20

Le beau-père d'Antoine Dupont s'est suicidé dans sa cellule de prison. Il avait avoué l'assassinat du jeune garçon
Le beau-père d'Antoine Dupont s'est suicidé dans sa cellule de prison. Il avait avoué l'assassinat du jeune garçon

Cinq mois après son incarcération, le beau-père d'Antoine Dupont s'est suicidé vendredi à la prison de Charleville-Mézières dans les Ardennes où il avait été transféré récemment. Il avait reconnu l'assassinat de l'adolescent de 15 ans, retrouvé en mars dans un canal près de Béthune.

C'est le dernier épisode d'une affaire sordide qui a secoué les habitants de Gonnehem. Marc Demeulemeester a mis fin à ses jours vendredi à la prison de Charleville-Mézières dans les Ardennes.

Le beau-père d'Antoine Dupont était en détention après avait reconnu en mars avoir tué de l'adolescent de 15 ans. C'est sur ses indications que le corps avait été retrouvé le mercredi 2 mars dernier dans le canal de Beuvry, près de Béthune, treize mois après sa disparition.

Pendant ces longs mois, l'homme de 45 ans n'avait pas hésité à s'exposer devant les médias. Il avait appelé même la population à participer à des battues pour retrouver le fils de sa compagne.

Marc Demeulemeester s'est pendu vendredi avec un câble de télévision, dans sa cellule de la prison de Charleville-Mézières dans les Ardennes où il avait été transféré récemment. Signalé comme fragile, il était suivi par un psychiatre. Selon le parquet de Charleville-Mézières, il n'y a pas eu de défaut de surveillance de la part de la maison d'arrêt.

Une étrange disparition

Antoine Dupont, 15 ans, avait disparu le 28 janvier 2015 à Gonnehem. Après des mois de recherches infructueuses, les gendarmes de la brigade de recherche de Béthune avaient décidé début mars de reprendre les interrogatoires de l'entourage, en commençant par le beau-père.

Entendu pendant de longues heures, il avait commencé à se contredire avant d'avouer le meurtre et conduire les enquêteurs jusqu'à l'endroit où il s'est débarrassé du corps.

Marc Demeulemeester avait expliqué avoir étranglé le fils de sa compagne dans son sommeil, emporté le corps jusqu'au canal, et l'avoir lesté avec des parpaings, qu'il venait remettre en place régulièrement pour empêcher le corps de remonter à la surface.