Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gouzon : une septuagénaire meurt dans un fossé à 2 km de son Ehpad, sa famille veut des explications

-
Par , France Bleu Creuse

Cela fait trois mois que les proches de Maryse Deberge, 72 ans, cherchent à comprendre comment elle est morte, en novembre 2019. Cette résidente de l'Ehpad Les Myosotis de Gouzon serait sortie en pleine nuit. Elle n'a été retrouvée décédée que le lendemain matin. Une enquête est en cours.

Béatrice Deberge et son fils posent avec la photo de leur mère et grand-mère, Maryse Deberge.
Béatrice Deberge et son fils posent avec la photo de leur mère et grand-mère, Maryse Deberge. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

C'était seulement sa deuxième nuit dans l'Ehpad Les Myosotis de Gouzon (Creuse). Maryse Deberge, 72 ans, venait d'être admise dans cette maison de retraite, après des pertes de mémoire et une hospitalisation. Dans la nuit du 13 au 14 novembre 2019, le personnel constate qu'elle n'est plus dans sa chambre et la cherche partout avant d'appeler les gendarmes. Les recherchent se poursuivent jusqu'à 5 h du matin sous une pluie battante et par un froid glacial.

Aurélie Yoth, petite fille de la résidente retrouvée morte dans un fossé

Finalement, le lendemain, peu avant 10 h du matin, un agriculteur retrouve la vieille dame au fond d'un fossé, morte, simplement vêtue d'une chemise de nuit. Depuis, une enquête est ouverte, confiée aux gendarmes d'Aubusson. Mais trois mois et demi après les faits, la famille de Maryse Deberge attend toujours les réponses à ses questions.

Depuis la mort de cette résidente, le parc de l'Ehpad des Myosotis de Gouzon a été entièrement clôturé.
Depuis la mort de cette résidente, le parc de l'Ehpad des Myosotis de Gouzon a été entièrement clôturé. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

"Elle n'est pas passée à travers un mur"'

Depuis novembre, pour Aurélie Yoth, 35 ans, impossible de faire le deuil de sa grand-mère

Je voudrais savoir ce qui s'est passé, comment a-t-elle pu sortir de cette maison de retraite ? Les portes sont censées être fermées, il y a des veilleurs de nuit, elle n'est pas passée à travers un mur ! Je ne veux incriminer personne parce que je sais que ce n'est pas un métier facile mais il y a forcément eu une erreur.

La fille de Maryse Deberge, Béatrice, 56 ans, est très en colère. Elle regrette n'avoir reçu aucune nouvelle de la part de la maison de retraite ou de la mairie depuis le décès : "Personne n'a cherché à nous contacter, même pas une lettre de condoléances !" Elle veut à tout prix "savoir qui n'a pas fait son travail. Je ne pense pas qu'à maman, il y aura peut-être d'autres cas par la suite, donc je veux un responsable." :

J'estime qu'on paye suffisamment cher les maisons de retraite pour avoir des soins corrects. Quand une personne entre le 12 et décède le 14, ce n'est pas normal.

"Un traumatisme pour tout le monde"

La directrice de l'Ehpad assure qu'elle non plus ne comprend pas ce qui a pu se passer. Sylvie Jaladon a participé aux recherches cette nuit-là avec les gendarmes. La mort de cette résidente a été un choc pour les équipes selon elle :

Ça a été un traumatisme pour tout le monde. Personne ne sait ce qui s'est passé. Un Ehpad n'est pas une prison mais chez nous les portes sont fermées à 21 h. L'aide-soignant l'avait mise au lit, on ne l'a pas vue sortir.

Elle ajoute : "On ne sait pas comment elle a pu échapper à la surveillance. C'est aux gendarmes de nous dire s'il y a eu une faille quelque part." Depuis cette affaire, le parc autour de l'Ehpad de Gouzon a été entièrement clôturé. Selon le procureur, trois mois d'attente dans ce type d'enquête n'est pas un délai anormalement long.

ÉCOUTEZ - Le reportage France Bleu Creuse

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu