Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Grandchamps-des-Fontaines : un homme met la pagaille dans son immeuble

mercredi 10 avril 2019 à 17:58 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Dans la nuit de mardi à mercredi, un homme de 38 ans a mis une grosse pagaille dans son immeuble, à Grandchamps-des-Fontaines. Il avait bu. Les gendarmes ont du utiliser un taser pour le maîtriser.

Les gendarmes ont dû utiliser un taser pour le maîtriser.
Les gendarmes ont dû utiliser un taser pour le maîtriser. © Radio France - Victor Vasseur

Grandchamps-des-Fontaines, France

Un homme de 39 ans a été arrêté à Grandchamps-des-Fontaines, au nord de Nantes. Dans la nuit de mardi a mercredi, il a mis une grosse pagaille dans son immeuble pendant une demi-heure.

Il sort un couteau et menace ses voisins

Ça commence au moment où, normalement, tout le monde dort, un peu avant trois heures du matin. Il hurle, il casse la porte d'entrée de l'immeuble qui est vitrée et il tape sur les portes de ses voisins. En plus du réveil en sursaut, il leur fait peur. Certains essaient quand même de lui demander d'arrêter, de se calmer mais il sort un couteau et il les menace. 

Besoin d'un taser pour le maîtriser

Il continue de s'énerver quand les gendarmes arrivent. Ils se mettent à six pour essayer de le maîtriser. Impossible. Il faut un coup de taser.  Ils l'emmènent à la gendarmerie, d'abord le temps de le faire dégriser parce qu'il a bu. Et puis ensuite pour lui demander de s'expliquer, parce que ce n'est pas la première fois qu'il fait ça, même si, jusqu'à présent, ça n'avait jamais été aussi grave.

Là ça se complique. Les gendarmes se rendent compte qu'ils ne peuvent pas l'interroger. Ils expliquent que l'homme a notamment des problèmes de drogue. Après avoir été examiné par un médecin, il a été hospitalisé d'office.