Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Attentat de Conflans : une minute de silence à Grenoble pour Samuel Paty et la liberté d'expression

Par

Pas de discours, juste une invitation de la cheffe du protocole de la mairie de Grenoble à marquer une minute de silence. Les élus et les personnels municipaux de Grenoble se sont recueillis à midi ce mercredi en hommage à Samuel Paty, l'enseignant décapité vendredi à Conflans-Sainte-Honorine.

Les élus et le personnel municipal ont marqué une minute de silence sur le parvis de la mairie de Grenoble Les élus et le personnel municipal ont marqué une minute de silence sur le parvis de la mairie de Grenoble
Les élus et le personnel municipal ont marqué une minute de silence sur le parvis de la mairie de Grenoble © Radio France - Véronique Saviuc

"Nous toutes et tous réunis, affirmons notre attachement aux valeurs de la République, la liberté, l'égalité, la fraternité, mais aussi la laïcité et la liberté d'expression. Et notre refus de la barbarie, de la violence et de l'obscurantisme. Je vous invite à respecter une minute de silence à la mémoire de Samuel Paty". C'est par ces mots que la cheffe du protocole de la ville de Grenoble a rappelé l'esprit de ce moment de recueillement ce mercredi à midi sur le parvis de la mairie.

Publicité
Logo France Bleu

Parmi les personnes qui ont quitté leurs bureaux pour marquer cette minute de silence des élus autour du maire de Grenoble Eric Piolle, et des dizaines de personnels municipaux mais aussi les policiers municipaux en tenue. 

La police municipale en tenue au moment de la minute de silence sur le parvis de la mairie de Grenoble
La police municipale en tenue au moment de la minute de silence sur le parvis de la mairie de Grenoble © Radio France - Véronique Saviuc

Interrogée, Marie-Laure, une des agentes de la mairie présente a expliqué qu'elle était là "pour rendre hommage à l'enseignant assassiné vendredi dernier pour avoir donné un cours d'éducation civique et morale sur la liberté d'expression dans son collège du Bois d'Aulne à Conflans-Sainte-Honorine mais aussi pour être tous ensemble pour lutter contre le terrorisme, la barbarie et pour la liberté d'expression". 

Au micro de France Bleu Isère, Eric Piolle, le maire écologiste de Grenoble a réaffirmé la nécessité de cet hommage : "C'est un temps d'union nationale. Evidemment, le terrorisme vise à nous diviser, à attaquer les valeurs qui ne sont les plus chères. Donc après l'effroi et la colère qui nous ont habités, marquer l'union, c'est dire que le terrorisme n'arrivera pas à ébranler la République." 

Questionné sur ce qu'il faudrait faire pour lutter contre cette forme de terrorisme, Eric Piolle répond : "Le diagnostic, il est fait depuis longtemps. On sait qu'il y a des courants d'islam politique en France, qu'ils soient  salafistes, qu'ils soient d'origine plutôt asiatique, ou des Frères musulmans. Le rapport Obin de 2004 (sur les signes et les appartenances religieuses dans les établissements scolaires, ndlr) faisait le constat déjà que seulement 6 % des personnels de l'enseignement étaient passés par des formations sur ce qu'est la laïcité, comment la transmettre, comment gérer les atteintes à la laïcité. J'espère que le gouvernement prendra des mesures. Déjà des mesures de fermeté qui sont indispensables. Et avec ces mesures de fermeté,  des mesures d'éducation. C'est une bataille de valeurs. Cette bataille de valeurs, il faut l'engager. Et ça n'a pas été fait dans les 15 dernières années par les gouvernements successifs. Il n'est jamais trop tard, faisons cela". 

Publicité
Logo France Bleu