Faits divers – Justice

Grenoble : deux professeurs mis en examen pour détournement de fonds destinés aux associations pour handicapés

Par Denis Souilla et Xavier Demagny, France Bleu Isère et France Bleu vendredi 29 janvier 2016 à 19:12

Argent (illustration)
Argent (illustration) © Maxppp

Un couple de professeurs grenoblois de 45 et 47 ans a été mis en examen jeudi en Isère, suspecté d'avoir détourné près de 600 000 euros depuis environ cinq ans. L'argent provenait des fonds de deux associations spécialisées dans l'organisation de vacances pour des adultes déficients intellectuels.

Un couple de professeurs grenoblois a été mis en examen pour avoir détourné 575 000 euros destinés à des associations d'aide aux personnes handicapées, a-t-on appris vendredi auprès du parquet. Les enquêteurs étaient sur la trace de cet homme de 47 ans et cette femme de 45 ans depuis 2013. Ils ont été interpellés mardi, placés en garde à vue, et présenté à un juge d'instruction jeudi, désormais mis en examen pour pour "abus de confiance, blanchiment de fraude fiscale et blanchiment d'abus de confiance", et placés sous contrôle judiciaire.

Des mouvements suspects repérés depuis trois ans

Les enquêteurs ont été alertés il y a trois ans par les contrôleurs de Tracfin, la cellule antiblanchiment du ministère des Finances, s'intéressent à des mouvements de compte suspects sur les comptes de deux associations à but non lucratif créées pour l'organisation de séjours de vacances pour les personnes handicapées. Les deux professeurs auraient effectivement largement pioché dans la caisse de deux structures qu'ils ont fondées : près de 600 000 euros détournés, par des retraits et chèques qui créditaient des assurances vies personnelles, le tout sans rien déclarer au fisc. Les deux professeurs, qui enseignent à mi-temps dans des lycées grenoblois, se rémunéraient aussi sous forme de salaires, soit 69.000 euros chacun sur trois ans.

Les deux individus auraient aussi acheté une maison sans avoir besoin d'emprunter de l'argent et louaient une des pièces de leur logement à leur propre association pour la somme de 1000 euros. Ce sont des "Thénardiers du handicap" résume une source proche du dossier, car les sommes détournées sont en fait le bénéfice de séjours organisés par leurs associations pour des déficients intellectuels. Les deux suspects, qui n'ont pas d'enfants, voyageaient peu, n'avaient pas d’œuvres d'art ou d'objets de luxe "ostentatoire", selon le Parquet.

"Ils ne comprennent pas ce qu'on leur reproche"

Lors des auditions, la femme a refusé de parler. Son mari a tenté de se justifier : il a dit mériter l'argent qu'il percevait et a expliqué que l'argent épargné n'est que le fruit de ses économies. "Ils ne comprennent pas ce qu'on leur reproche"_, indique Olivier Nagabbo, procureur adjoint de la République à Grenoble. Mis en examen pour abus de confiance et blanchiment de fraude fiscale, le couple suspecté est actuellement placé sous contrôle judiciaire. La juge d'instruction a procédé à des saisies de fonds en vue d'une éventuelle confiscation par le tribunal.

À Grenoble, les associations "Alpas" et "Vacances au présent", qui organisent elles aussi des séjours, font savoir qu'elles ne sont pas concernées et qu'elles condamnent fermement les actes des deux professeurs suspectés.

Partager sur :